Lors de sa conférence de presse ce jeudi, Jean Castex a voulu comparer la situation de la France par rapport aux autres pays européens. Malheureusement, il manquait la France sur son graphique

Depuis de nombreuses semaines ou plus exactement de nombreux mois, Jean Castex a habitué les Français à se présenter devant eux. De manière hebdomadaire, il explique ainsi la situation et les mesures prises par le gouvernement. Chaque jeudi, le Premier ministre est donc en conférence de presse. Mais lors de sa dernière intervention, un élément semble avoir perturbé les téléspectateurs. nous vous explique pourquoi.

Jean Castex : accusé de tricherie dans les chiffres

Un rendez-vous devenu quasi institutionnel

Il est vrai que les Français sont maintenant habitués de voir Jean Castex apparaître chaque semaine devant les écrans de télévision. Depuis le début de la pandémie, le chef du gouvernement prend la parole face à ses concitoyens. Des moments durant lesquels il aura malheureusement dû annoncer des mesures de restriction très sévères dès l’apparition du coronavirus. Cette semaine, son intervention était donc une fois de plus très attendue pour connaître les récentes décisions de responsables politiques, mais également d’avoir une vue d’ensemble sur la situation actuelle du pays. Pour ce faire, le bras droit du chef de l’État s’appuie sur une longue liste de chiffres et parfois même sur des graphiques.

Ce jeudi, Jean Castex dressait donc un bilan de la situation sanitaire en arrivant premièrement avec des bonnes nouvelles : ” Le pic de la 3e vague semble derrière nous “. Afin d’étayer ses propos, Jean Castex utilisait donc un tableau qui compare la situation française au reste de ses voisins européens. Le but semblait de démontrer que la France s’en sortait mieux que l’Allemagne ou les Pays-Bas par exemple. Il justifiait ainsi les quatre mois de mesures de freinage qui ont pourtant été loin de faire l’unanimité parmi la population française. Il s’agissait donc d’un graphique reprenant le nombre de cas positifs par million d’habitants. Néanmoins, un gros problème existait lors de cette conférence. nous vous explique lequel.

Un absent de taille

Jean Castex voulait utiliser la comparaison afin de faire comprendre aux Français la situation. Mais il y avait néanmoins un énorme souci. Puisque sur ce tableau, la France était tout simplement absente. Six pays européens figuraient bien sur le graphique, mais pas celui dont il a la charge ! Une aberration qui n’a bien évidemment pas échappé à l’œil attentif des téléspectateurs qui n’ont pas manqué de réagir. Pour certains, ce serait encore pire. Puisque selon eux, il s’agirait d’un acte délibéré de la part de Jean Castex et de ses assistants. Une manière d’enjoliver la situation qui en tout cas, ne passe pas !

Certains relèvent donc l’inexactitude des pièces présentées par Jean Castex alors que d’autres commencent à s’agacer : ” Même pas 2 min de conf, le mec nous sort son graphique sans la France “. Un autre internaute affirme même ” Il devient coutumier du fait “. En effet, ce ne serait pas la première fois que Jean Castex utilise de telles méthodes. Une analyse que partage apparemment Médiapart selon une enquête publiée le 9 avril 2021. nous vous en explique donc le résultat.

Des chiffres truqués

Dans ce dossier s’intéressant aux graphiques proposés par Jean Castex, Médiapart relève ainsi que l’un d’entre eux, présenté au mois de janvier dernier était ” trafiqué “. Cette pièce, destinée aux parlementaires afin de consolider la position du gouvernement dans les mesures prises, contenait les mêmes erreurs. Il s’agissait alors de tout faire pour ne pas suivre les recommandations du conseil scientifique. Un autre cas interpelle également les observateurs. Puisqu’en février dernier, le Premier ministre aurait récidivé. Dans un autre graphique, il s’agissait de présenter le nombre de nouveaux cas sur sept jours. Mais là aussi, certains spécialistes de la question pensent que les chiffres étaient quasiment divisés par deux par rapport au nombre réel de malades. Des imprécisions qui en tout cas soulèvent beaucoup de questions. Le chef du gouvernement, aurait-il décidé d’influencer les réactions par rapport aux mesures annoncées afin de minimiser l’impact des choix du gouvernement ? Un subterfuge qui en tout cas ne semble pas être passé auprès de ceux qui ont l’ont remarqué.

” Notre exigence, c’est le devoir de vérité, c’est la condition de la confiance sans laquelle aucune mobilisation collective n’est possible “. C’est par ces mots que Jean Castex commençait il y a quelques semaines sa conférence de presse. Mais les graphiques proposés ne tiennent visiblement pas compte de cette phrase… Autre détail anecdotique, ce fut cette prise de parole face à la population face à un drapeau français inversé. Des erreurs, des errances, des imprécisions qui laissent en tout cas un goût amer à certains.