Quand une star de Top Chef fait irruption dans la cuisine, ça ne facilite jamais les choses !

Cette semaine, M6 a lancé une compétition entre cinq candidats particulièrement doués. Pour pimenter le jeu d’Un Dîner presque parfait, la chaîne a alors eu une riche idée. Elle a fait appel à une star de Top chef !

Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de Justine Piluso de la saison 11 de Top Chef. Au sein de la rédaction d’nous, on l’adore !

Un dîner presque parfait

Dans une interview accordée à Women Today, Justine Piluso était revenue sur son parcours en tant que femme. Pas facile de se faire une place dans les cuisines ! « Lorsqu’une fille arrive en cuisine, on n’a pas envie qu’elle y soit visible. Le garçon avec qui je travaillais, qui était mon supérieur, se cachait quand il travaillait parce qu’il craignait que je ne lui « pique » son savoir-faire et ne supportait pas l’idée que le chef puisse avoir un autre chouchou que lui… »

“On me disait aussi que j’étais aussi trop jolie pour être en cuisine.”

Et d’ajouter : « J’ai vécu cela aussi bien quand j’étais apprentie ou commis qu’ensuite, à tous les grades et à tous les stades. Ils ne l’expriment pas franchement mais cela se voit. On me disait aussi que j’étais aussi trop jolie pour être en cuisine, qu’il était préférable que j’évolue en salle. Il y avait de la jalousie là-dedans mais aussi certainement la peur qu’une femme les dépasse. Du paternalisme également chez les chefs de la vieille école, qui m’expliquaient que ce type de vie ne pourrait pas me rendre heureuse. Du coup, j’ai « volé » mon métier plutôt qu’on ne me l’a transmis. »

Un dîner presque parfait: Des bâtons dans les roues

Elle regrette d’ailleurs que la société entière ne soit pas préparée mentalement à avoir de grandes cheffes en gastronomies. « Si l’on prend mon exemple et qu’on repart de la base de la base, la première barrière, cela a été mes parents, qui m’ont dit que c’était un métier d’homme. La deuxième, c’était la conseillère d’orientation que j’ai rencontrée qui est allée dans la même sens. La troisième, c’est l’entreprise en elle-même qui freine l’intégration des femmes en cuisine parce qu’on estime que ce n’est pas leur place. »

Justine Piluso ne mâche pas ses mots !

Elle a d’ailleurs beaucoup de regrets. « J’ai toujours rêvé d’avoir un mentor, un chef qui m’apprenne les bases. Je ne l’ai jamais trouvé. Les chefs prennent toujours des « poulains » hommes. Je ne le nommerai pas mais l’un d’entre eux, qui fait partie des grands noms de cette profession, a dit lors d’un grand rassemblement de chefs que les femmes étaient mieux dans leur foyer et qu’elles n’avaient ni le physique ni le mental pour accéder à la haute gastronomie.”

Ce qu’on aime chez Justine Piluso, c’est qu’elle ne mâche pas ses mots. « Ce sont des préjugés débiles qui ne doivent plus exister. Je pense d’ailleurs que si on m’avait davantage poussée, j’aurais pu gagner Top Chef… Le pire, c’est que quand l’on réussit malgré tout en étant une femme dans ce milieu, on entend que c’est parce que « c’est la mode » ou qu’on « remplit des quotas » », explique-t-elle ainsi au magazine Women Today.

« Dès que Justine est arrivée, c’était Beyoncé !“

Heureusement, elle a pu se réjouir de l’accueil qui lui fut réserver dans l’émission de M6. Dès que les candidats l’ont aperçu, ce fut la folie. « Dès que Justine est arrivée, c’était Beyoncé : là, on était au stade de France ! Il y avait la star qui arrivait ! », a remarqué le candidat qui recevait chez lui, Julien. Quant à Ambre, elle n’y croyait pas ses yeux. « J’ai suivi toutes ses aventures, elle est vraiment balèze. Vraiment hyper impressionné… », a lâché la jeune femme.

Après Batch cooking, sa propre émission sur Téva, Justine Piluso poursuit sa carrière sur M6 avec Un dîner presque parfait. Elle a ainsi donné ses instructions aux candidats : « Attention, je vais être très exigeante. Je vais vous donner un petit défi supplémentaire. C’est tout simple : je vais arriver avec un panier surprise, un ingrédient particulier spécialement choisi pour vous. Et il va falloir l’incorporer dans un de vos plats. », a-t-elle ainsi fait savoir.

La mission ne fut pas facile pour Julien. En effet, le candidat a dû intégrer des gésiers de poulet dans son entrée à base de maïs et de Saint-Jacques. Bon appétit bien sûr !