Dans une récente interview, Mélanie Page s’est confiée sur sa vie de famille avec Nagui.

Depuis plus d’une semaine maintenant, Mélanie Page est à l’affiche de la série L’Ecole de la vie, produite par son mari Nagui. Dans une récente interview pour l’émission 6 à la maison sur France 2, l’actrice a fait quelques confidences. Elle a notamment parlé de ses enfants et plus particulièrement des règles strictes auxquelles ils sont soumis. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’nous va tout vous dire sur le sujet.

Mélanie Page de retour à la télévision

Après 16 ans d’absence, Mélanie Page a fait son retour à la télévision. En effet, depuis le mercredi 21 avril, on peut la voir dans L’Ecole de la vie. Une série produite par son mari Nagui, dans laquelle elle joue auprès de Guillaume Labbé et Bruno Solo. Dans une récente interview, l’actrice a notamment évoqué son plaisir d’être de retour à l’écran : “Pour moi, c’était vraiment une bonne chose d’y aller de nouveau, c’était agréable de s’y remettre aussi après toutes ces années au théâtre. C’est le même métier mais ce n’est pas tout à fait la même chose”.

L’Ecole de la vie est une série qui nous plonge dans le quotidien difficile d’un professeur et de ses élèves dans un lycée. On suit ainsi le parcours de Vincent, un professeur d’histoire-géographie qui va subir un drame de la vie (la mort de sa femme en donnant naissance à son premier enfant). Il va alors continuer à enseigner sans rien laisser transparaître à ses collègues, et fait de ses élèves sa priorité. Le jeune homme s’intéressera alors à des cas parfois difficiles en les aidant le mieux possible. Va-t-il arriver à s’en sortir comme cela ? C’est tout l’enjeu de la série.

Une maman très vigilante avec ses enfants

Dans cette série, on peut voir des cas difficiles de certains élèves. Maltraitance, difficulté financière, on voit de tout. Et justement, cette série tient particulièrement à coeur Mélanie Page, qui a déjà pu avoir affaire à des “cas difficiles à l’école”. En effet, elle explique dans une interview, qu’elle a déjà dû appeler le 119 : “Effectivement c’est concentré dans la série mais, il ne faut quand même pas oublier qu’il y en a je pense plus qu’on ne le croit. Moi en tant que mère d’élèves j’ai déjà, malheureusement, deux fois appelé le 119 pour signaler des cas de maltraitance qui ont été suivis par la police” explique-t-elle notamment.

Dans cette même interview, Mélanie Page a également révélé le conseil qu’elle donne à ses enfants pour lutter contre la maltraitance faite aux enfants. Elle explique alors :”Je dis toujours à mes enfants ‘si quelqu’un leur dit quelque chose d’un peu bizarre, vous me le dites’. Et même en tant que maman j’ai déjà été confrontée à ça. Donc c’est quand même une réalité”. Comme vous le voyez, la femme de Nagui est très vigilante avec ses enfants, et c’est tout à fait normal. Mais elle ne s’arrête pas là, ses enfants doivent respecter les règles et valeurs de la maison.

Des règles strictes à la maison

Mélanie Page le sait : avoir des parents connus n’est pas toujours simple à gérer. Et c’est justement pour cette raison, que la femme de Nagui estime qu’il faut être beaucoup plus vigilant. Elle explique : “Il y a une double attention à avoir parce que l’on sait à quel point cela peut être récupéré. Il y a des règles très précises dans notre famille. Il n’y a pas de réseaux sociaux avant un certain âge. Il est arrivé que je demande à ma fille de seize ans de retirer une photo qu’elle venait de poster par exemple”.

Des règles parfois difficiles à suivre pour les enfants, mais qui sont nécessaires selon Mélanie Page. D’ailleurs, cette dernière suit également la scolarité de ses enfants de très près. Elle explique notamment que les devoirs se faisaient tous ensemble :”On fait tous les devoirs ensemble. C’est très important“, nous dit-elle. Elle se félicite aussi de leur avoir donné l’amour de la lecture et du 7ème art : “Le bonheur ne passe pas forcément par les études poussées, ils le savent“. Finalement, elle conclut son propos en déclarant :”Mes enfants prendront le chemin qu’ils veulent, s’ils ne font pas de longues études, je n’en ferai pas une maladie“.