Michel Cymes a évoqué son pire souvenir de télévision, il en a encore des sueurs froides.

Michel Cymes n’a pas toujours été très aussi à l’aise qu’aujourd’hui à la télévision. Dans une récente interview, le médecin est notamment revenu sur son premier passage à la télévision. Une expérience dont il ne garde pas du tout un bon souvenir. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’nous va vous dire ce qui s’est passé exactement.

La première télévision de Michel Cymes

Michel Cymes est notamment connu pour ses activités d’animateur télé, principalement dans l’émission Le Magazine de la santé, qu’il a présenté de 1998 à 2018. Mais ses premiers pas sur le petit écran date de 1991, dans une émission culte : Télématin. Pour le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’en garde pas du tout un bon souvenir. En effet, le médecin a déclaré qu’il a failli perdre connaissance ce jour-là : “Ma première télé. Ma première télé à Télématin. J’ai failli perdre connaissance en direct. Je me suis dit : ‘Je vais être le premier à perdre connaissance à la télé.’ Ça a été un souvenir marquant et assez terrible“.

Malgré son stress, Michel Cymes veut tout faire pour arriver au bout de son intervention. Il devait donc se faire violence pendant un long moment. Aujourd’hui, d’ailleurs, ce souvenir reste pénible pour lui : Je l’ai revu il n’y a pas longtemps, parce que bien évidemment, cet épisode, on me le ressort régulièrement quand je fais de la télé… Mais rien qu’en regardant, alors que c’était dans les années 90, il y a un bail… Rien qu’en le regardant, j’ai déjà une tachycardie. Donc c’est pour vous dire que je n’étais pas bien à l’époque !“. Mais heureusement pour le médecin, aujourd’hui, il est complètement à l’aise devant les caméras.

Des conseils pour bien se laver les mains

Dans sa chronique intitulée Ça va beaucoup mieux, diffusée sur RTL, Michel Cymes a tenté de rappeler aux Français, pourquoi il était important de se laver les mains. En effet, pour se protéger au mieux de la Covid-19 ou de n’importe quel autre virus, se laver les mains devrait être un réflexe. Cela permettrait le développement de bactéries :” Plus nos mains sont propres, moins on se contamine les uns les autres. Moins on se contamine, moins on consomme d’antibiotiques. Et moins on consomme d’antibiotiques, moins on favorise le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques” explique-t-il notamment.

Pour expliquer l’importance de se laver les mains, Michel Cymes donne aussi des petits conseils pédagogiques. En effet, le médecin a expliqué comment il fallait faire exactement pour que le lavage soit efficace : “Un bon lavage de mains, on a déjà eu l’occasion de le dire, ça ne se fait pas en 30 secondes. Et ça se fait avec du savon. Pendant 45 secondes à une minute. Paume contre paume, dos de la main contre dos de l’autre main, entre les doigts et sous les ongles, sans oublier le pouce, parce qu’on oublie toujours le pouce : soyez attentif la prochaine fois que vous vous lavez les mains, vous verrez que c’est vrai !”.

Michel Cymes pousse les Français à se faire vacciner

Si Michel Cymes est un porte-parole des gestes barrières, il commente aussi la défiance des Français envers le vaccin AstraZeneca. Pour monter qu’il n’était pas dangereux, le médecin est honnête. Il y a peut-être un peu plus d’effets secondaires qu’avec le Pfizer ou les autres vaccins ARN, mais il n’est pas dangereux :”Il faut dédramatiser. Je reçois deux ou trois coups de fil par jour de potes qui me demandent s’ils peuvent aller se faire vacciner. Je leur réponds à tous : ‘Allez-y, vous aurez peut-être un peu de fièvre”.

D’ailleurs, Michel Cymes a envoyé sa femme à se faire vacciner avec AstraZeneca. Cette dernière, qui avait aussi des doutes, a vite pu être rassurée par le médecin : “Ma propre femme m’a demandé… Elle avait la possibilité de se faire vacciner à l’AstraZeneca parce qu’il restait une dose chez le pharmacien. Vous pensez que si j’avais imaginé une seconde qu’elle puisse faire une thrombose cérébrale ou qu’elle soit au lit pendant dix jours je lui aurais dit d’y aller ? Je lui ai dit : ‘Vas-y, il n’y a aucun problème”. Finalement, après une petite nuit difficile, tout est rentré dans l’ordre.