Yves Montand marque encore les mémoires de son illustre carrière. Son fils, Valentin, se confiait dans les colonnes de “Paris Match” et évoquait le rêve qu’il réalise grâce à l’héritage de son père.

Yves Montand était un acteur absolument fantastique et un chanteur aussi. Il reste aussi dans les mémoires car le couple qu’il formait avec Simone Signoret était l’un des plus marquants du cinéma français. Mais ce n’était pas la dernière compagne de l’acteur. Il entretenait une liaison avec Carole Amiel, son assistante sur la tournée de 1982. Quand Simone Signoret disparait, il officialise sa relation avec Carole Amiel, avec qui il aura un fils qui né le 31 décembre 1988. Il s’agit donc de Valentin. Pour l’anniversaire des 30 ans de la mort de son père, il accepte de s’entretenir avec Paris Match pour une interview rare. nous vous en dit tout dans cet article. Notamment le rêve que ce dernier réalisa grâce à l’héritage d’Yves Montand.

Yves Montand n’a pas eu le temps de voir grandir son fils

Le célèbre acteur s’éteint à l’âge de 70 ans, le 9 novembre 1991. Son fils, Valentin, n’a alors pas encore trois ans lorsque son père disparait. Il garde néanmoins quelques souvenirs et ne manque jamais l’occasion d’en apprendre plus sur lui auprès des personnes qui le connaissait. Mais le public espère également en connaitre plus sur lui. Valentin n’est pas un acteur comme son père, alors il ne se prête que très rarement au jeu des interviews. Mais dans celle qu’il accordait donc à Paris Match, il dévoile quelque chose d’inédit. Car comment mieux apprendre à connaitre une personne qu’à travers ses rêves ?

Valentin est père à son tour. Il est le papa d’une petite fille qu’il adore et il compte bien lui transmettre ce qu’il sait d’Yves Montand. Margot est née en août 2019 et il en est très fier. En couple avec une jeune femme prénommée Florence, ils sont donc les heureux parents de la petite Margot. Valentin Montand réside à Montpellier et mène une vie discrète, loin des caméras.

Quand il se rend à Saint-Paul-de-Vence, Valentin est plongé dans ses souvenirs. Mais la carrière de son père est une chose qu’il différencie de son histoire personnelle. En effet, il a aussi à cœur de connaître Ivo Livi, le vrai nom de son papa. Car dernier lui a laissé un héritage qui lui a permis de réaliser l’un de ses rêves. Car Valentin n’a pas vraiment connu son père mais cela ne l’a pas empêchée de souffrir de la notoriété quand il était enfant. Dans sa plus tendre enfance, il avoue avoir eu du mal à sortir de sa carapace. Le monde extérieur était pour lui corrosif : “Petit, à cause des histoires autour de mon père, je trouvais le monde extérieur corrosif. J’étais solitaire, casanier. Le jeu vidéo a élargi mon horizon”.

En effet, les lecteurs d’nous l’auront compris, Valentin se passionne très tôt pour les univers virtuels. Le rêve qu’il réalise donc grâce à l’héritage d’Yves Montand est en lien direct avec cette déclaration.

Valentin crée une école hors normes pour des élèves atypiques

Dans son enfance, le fils d’Yves Montand n’aimait pas vraiment aller à l’école. Bagarreur, il se souvient de sa scolarité comme des jours de stress et de mal-être. Selon lui, les notes et la menace du redoublement étaient une pression trop grande pour ses jeunes épaules. Alors, il décide qu’il serait idéal de se lancer dans la création d’une école différente. Une école dans laquelle les notes n’auraient pas d’impact sur la scolarité et où les jeux vidéos seraient en apprentissage. Ce rêve, il le réalisait donc il y a un peu plus de trois ans. Le fils d’Yves Montand se sert de son héritage pour mener à bien son projet et ouvre un institut de formation aux jeux-vidéos, IAD-3D.

Valentin explique ainsi, dans les colonnes de Paris Match : “J’ai voulu faire une école sans compétition entre les élèves, sans notation. Avec des professeurs présents à temps plein et vingt étudiants par niveau.” Cette école nouvelle offre de belles promesses pour les jeunes passionnés par les jeux vidéos. Malgré cette petite révolution, le fils d’Yves Montand n’oublie pas que c’est le cinéma qui a permis à son père de lui donner les moyens de réaliser son rêve. Sa mémoire perdurera à travers lui mais aussi à travers sa fille, Margot. Et certainement derrière ses enfants après elle, si elle décide d’en avoir. nous félicite Valentin pour son engagement dans l’éducation et de sa bravoure de faire en sorte de transformer son histoire difficile avec l’école en une opportunité pour les jeunes.