Quand Emmanuelle Béart posait sans aucun vêtement pour le magazine Elle. Une photo culte qui aura marqué les esprits. La photographe, Sylvie Lancrenon, revient sur ce shooting qui a marqué sa carrière.

Tous les fans d’Emmanuelle Béart se souviennent évidemment de cette photo publiée en 2003. À l’époque, l’actrice prend effectivement la pose pour le magazine Elle sans aucun vêtement. 18 ans après ce cliché qui faisait beaucoup parler cette année-là, la photographe Sylvie Lancrenon se replonge dans ses souvenirs pour décrire l’ambiance qui régnait autour de cet événement particulier. nous revient ainsi sur ses dernières déclarations qui prouvent bien à quel point cette publication a été importante pour elle.

Emmanuelle Béart : sans vêtement, la comédienne crée l’événement

Un souvenir apparemment heureux

Près de vingt ans après, la photographe Sylvie Lancrenon se souvient effectivement parfaitement de ce cliché dans un livre intitulé Ombres et lumières. Donc cet ouvrage publié chez Albin Michel, cette grande artiste très prisée par les stars se remémore quelques-uns de ses shootings les plus importants de sa carrière. Au cours de son parcours professionnel, Sylvie Lancrenon aura réellement eu la chance de graver sur la pellicule l’image de quelques-unes des plus grandes icônes françaises. Parmi ses sujets, Laetitia Casta, Charlotte Gainsbourg, Isabelle Adjani et bien évidemment Emmanuelle Béart.

En 2003, Sylvie Lancrenon avait alors la possibilité de shooter Emmanuelle Béart sans aucun vêtement. Aujourd’hui, la photographe raconte comment tout cela a commencé. ” C’était le matin, à l’aube, l’équipe dormait encore, elle regardait toute seule le lever du soleil…, se rappelle Sylvie Lancrenon dans Elle. Je suis pudique pour moi comme pour les autres, j’ai juste dit : ‘Ça fera un souvenir pour toi et tes enfants’. C’était tellement simple, tellement beau… Un moment de grâce. J’ai trois photos, pas quatre. Ensuite, c’est elle qui a poussé pour que cela soit la couverture de Elle, une couverture devenue culte “.

Un événement important

Quelques mois plus tard, la publication de ce cliché, Emmanuelle Béart va très vite comprendre que l’événement n’est pas passé inaperçu. Au point qu’on lui en parlera très longtemps. En 2008, la comédienne s’exprimait d’ailleurs déjà sur le sujet. ” Cette couverture a pris une importance totalement disproportionnée dans ma vie. À l’époque, on ne me parlait plus que de ça ! Et, cinq ans après, que ça soit en France ou à l’étranger, je dois continuer à expliquer la genèse de cette photo. C’est devenu encombrant… “.

Lors de cet entretien, Emmanuel Béart accepte néanmoins de revenir sur l’histoire de ce cliché et surtout de la rencontre qui en a découlé. ” Parce que, entre temps, mon corps a changé, ma tête a changé, ma nature a changé. Et je me suis dit : repartons, essayons d’avoir l’audace d’aller effectivement au plus près de ce que je peux être aujourd’hui. Ma relation avec la photographe Sylvie Lancrenon est totalement unique : avec elle, je suis plus abandonnée que je ne peux l’être dans la vie. Son regard me protège. Il n’est jamais impudique. Donc, elle peut m’emmener très loin “. En effet, ce cliché aura amené très loin Emmanuelle Béart ! Puisque près de deux décennies après, on lui en parle encore. L’année dernière, l’actrice acceptait d’ailleurs elle-même d’une fois de plus revenir sur cette véritable tornade qui a traversé sa vie. nous vous explique tout.

Emmanuelle Béart sans aucun vêtement dans l’eau, retour sur cette photo culte

Un acte féministe

Si cette publication a suscité un grand nombre de réactions positives, mais également négatives, Emmanuelle Béart souhaitait à l’époque l’inscrire dans un contexte bien précis. Car si elle acceptait effectivement d’apparaître sans aucun vêtement, il y avait aussi un message dans sa démarche. Interrogée sur le plateau de C à vous l’année dernière, la comédienne s’en expliquait d’ailleurs : ” Je me souviens très bien, à la rédaction du Elle, personne ne voulait mettre cette photo “. En effet, la une du magazine était plus souvent consacrée à de jeunes femmes ” filiformes “ et non pas à une femme de 40 ans tout en générosité.

Pourtant, Emmanuelle Béart se sera bien battue pour que ce cliché apparaisse dans la presse. ” C’est un acte féministe. Donc c’est moi qui l’ai choisie cette couverture “. Une manière de démontrer au lecteur que l’on peut être belle à tout âge. Mais également une façon de prouver que les standards de beauté imposés par certains ne sont pas une fatalité. Et Emmanuelle Béart se disait même très fière d’afficher des rondeurs et quelques imperfections. Sans vêtement, elle acceptait ainsi de se dévoiler sans aucun tabou. De son côté, la photographe Sylvie Lancrenon paraît garder un magnifique souvenir de ces moments. Entre les deux femmes, ce fut presque une évidence et tout s’est déroulé dans la plus grande simplicité. D’ailleurs, Emmanuelle Béart reconnaît avoir trouvé quelqu’un de très compréhensif et surtout capable de la mettre en confiance et en valeur.