Mardi 27 septembre 2022, Christian Quesada a été incarcéré à la prison de Perpignan. Sur Virgin Radio, Guillaume Genton a reçu le témoignage d’Émeline, ex-candidate des 12 coups de midi, sur TF1, qui avait reçu des photos inappropriées de la part de l’ex-champion.

Champion des 12 coups de midi, sur TF1, entre 2016 et 2017, Christian Quesada a longtemps fait rêver les Français. Les téléspectateurs avaient alors été surpris d’apprendre que celui-ci était la cible d’une plainte pour avoir demandé des photos dévêtues à une jeune fille mineure. En 2020, Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison pour corruption de mineurs et détention et diffusion d’images pédopornographiques. Émeline, une ex-candidate du jeu présenté par Jean-Luc Reichmann, avait 26 ans lorsqu’elle a rencontré celui-ci en juillet 2016. Jeudi 29 septembre 2022, au micro de Guillaume Genton, sur Virgin Radio, elle s’est remémorée l’échange qui a tout fait basculer. « C’était une conversation au début normale, comme toutes les autres où il prenait de mes nouvelles et me parlait de son actualité, de ce qu’il faisait au quotidien, et un jour, il m’a dit : ‘bah voilà, il m’est arrivé une galère, je suis tombé, je me suis bien blessé, je me suis ouvert la tête et je me suis même tordu le kiki.’ C’est vraiment ses termes, ce ne sont pas les miens », a-t-elle raconté.

Après avoir indiqué que Christian Quesada avait parfois un côté enfantin, la jeune femme a continué : « Pour l’avoir côtoyé pendant des mois virtuellement, j’étais sûr qu’il était capable de prononcer ces paroles. Il m’a demandé si je voulais voir et je n’ai même pas eu le temps de dire ‘oui ou non’ qu’il m’envoyait une première photo de sa blessure à la tête et la deuxième photo, prise de haut, on voyait son sexe en érection et sa main. » Vendredi 5 avril 2019, pour Closer, Émeline avait confié avoir sympathisé avec le champion sur le tournage du jeu télévisé. « J’ai eu l’occasion de déjeuner avec lui. On avait pas mal discuté. Ensuite, il m’avait retrouvée sur Facebook et Twitter et il m’avait envoyé un message privé », avait-elle déclaré, avant d’ajouter : « On parlait de tout et de rien. De nos vies. On prenait des nouvelles. On avait des échanges amicaux sans équivoque. »

Émeline : « J’ai le sentiment d’avoir été manipulée »

En janvier 2018, Christian Quesada lui avait envoyé des clichés inappropriés. La jeune femme s’était souvenue : « Il ne m’avait jamais draguée avant de m’envoyer des photos de son sexe (…) Il me racontait qu’il était tombé sur une plaque de verglas, qu’il s’était ouvert le front, avait sept points de suture et qu’il s’était tordu le kiki. Je lui ai répondu qu’il n’avait pas de chance et il a sollicité mon avis sur la question. Sans le brusquer, je lui ai expliqué que mon avis n’était pas nécessaire et, alors que je n’avais rien demandé, il m’a envoyé trois photos de son pénis pour me montrer. » En toute transparence, Émeline a assuré avoir été convaincue que celui-ci était « maladroit » et qu’il n’avait pas voulu lui envoyer « des photos cochonnes. » Alors qu’elle avait du respect pour Christian Quesada et ce qu’il représentait, Emeline avait ajouté : « Je me dis que je suis bête de ne pas avoir vu le caractère sexuel de son message. Je me suis pris une claque, parce que j’ai le sentiment d’avoir été manipulée. »

Lundi 8 avril 2019, sur le plateau de Touche pas à mon poste, sur C8, Émeline avait raconté que Christian Quesada avait repris contact avec elle deux semaines après lui avoir envoyé des photos de son sexe, sans y faire allusion. « C’est ça qui est devenu malaisant. Un jour, il a montré ses photos de sexe et après, comme si de rien n’était : ‘Bonjour, comment vas-tu ? Moi, je suis en Thaïlande !’ Et là, tout ça a commencé à me mettre la puce à l’oreille. Je me suis dit : ‘Mais qu’est-ce qu’il fait en Thaïlande ?’ On connaît le pays pour le tourisme sexuel », avait-elle assuré. Enfin, elle avait lâché : « Je pense qu’il est peut-être passé à l’acte. Parce que moi, il m’a proposé de venir chez lui. Je me dis que peut-être que certaines ont cédé : des personnes plus proches (géographiquement), parce que c’était plus facile… Et vu comme il a pu être lourd par messages, qu’est-ce qu’il a pu faire physiquement ? Il y a peut-être des victimes qui n’osent pas parler. »