Utilisé dans notre alimentation quotidienne, le beurre est apprécié de tous ! Or, on vous explique ce cas où il ne faut pas l’utiliser.

Le beurre est-il dangereux pour notre alimentation

Bien dosé, tout va bien

Qu’il soit doux ou demi-sel, le beurre est vraiment typique dans la gastronomie française. Aussi, la plupart des cuisiniers l’utilisent en tant que matière grasse principale pour leurs plats. Pour d’autres, c’est davantage l’huile d’olive qui remplit cette mission alimentation. Quoiqu’il en soit, des tartines du petit déjeuner ou du goûter à celui de la confection des recettes de famille, on l’adore à toutes périodes de l’année. D’ailleurs, à l’approche des fêtes de Noël, la crème présente dans les bûches est à base de cet ingrédient. C’est pourquoi, les petits et les grands l’adorent et chez nous aussi.

Cependant, de plus en plus de voix viennent contrer le beurre. En effet, consommé à haute dose, il peut boucher les artères. De fait, des versions allégées viennent tenter de colmater les dégâts sanitaires. Attention, quand nous dit qu’il faut le rationner dans notre alimentation, cela ne veut pas signifie pas forcément s’en priver. D’ailleurs, les nutritionnistes estiment que se l’interdire, c’est le meilleur moyen de craquer et d’en consommer plus de raison. À l’instar du sucre, une cuillère par ici et par là ne fera aucun mal, bien au contraire.

Aïe, c’est chaud !

Froid, le beurre est donc une priorité nutritionnelle de tous les instants. Par contre, si on décide de le cuire, la menace grandit. En effet, si vous tentez l’expérience de cuire votre pièce de boucher avec, le morceau va devenir noire et donc limite pour notre alimentation. De plus, après que des études très sérieuses aient été menées sur le sujet, on considère qu’il peut devenir cancérigène. Donc, cette fois, la méfiance est de la partie ! C’est pourquoi, Footix a donc préféré vous avertir des risques encourus avant qu’il ne soit trop tard.

Heureusement, il existe un compromis. Les chefs étoilés connaissent cette astuce et la donnent à leurs brigades. Il suffit de jauger la température. Donc, à moins de 120 degrés Celsius, aucun danger ne pointe à l’horizon. Ouf, donc on n’a donc pas fini de l’insérer dans notre alimentation si on il contrôle ce que nous venons de vous dire. nous compte sur vous pour partager cette information de la plus haute importance. Alors que le monde vit en permanence dans la menace d’une troisième vague de coronavirus, il serait dommage de commettre une erreur comme celle-là !