Une étude américaine a totalement révolutionné la recherche sur la maladie d’Alzheimer. On vous dit tout sur cette révolution médicale.

Espoir pour ceux qui ont la maladie d’Alzheimer

Que se passe-t-il quand vous êtes atteint ?

On a tous un proche qui a connu de près ou de loin ce mal. Il faut dire que les dégâts sont impressionnants. Perte des souvenirs, difficultés dans les moindres gestes du quotidien, personne ne semble préparer à l’affronter. Dès lors, les proches essaient de solliciter régulièrement sa famille, histoire de pas passer à côté. Pourtant, la recherche a fait d’immenses progrès quant à l’apparition des premiers signes. En effet, des scientifiques évoquent qui est la coupable. Il s’agit de la bêta-amyloïde. Capable de former des plaques, cette protéine nuit au bon fonctionnement du tronc cérébral, causant aussi les effets dramatiques de la maladie d’Alzheimer.

Aussi, les scientifiques se demandent comment se protéger de cette molécule. La réponse se trouve là où on l’attend le moins. En effet, une étude récente a prouvé que le sommeil est notre meilleur allié. Ce dernier devrait nous aider à trouver une porte de sortie à la maladie d’Alzheimer. Donc, il faut faire attention à son rythme et plus particulièrement à sa qualité.

Des résultats encourageants

Joseph Winer est un grand homme. Nul doute que ses travaux sur la maladie d’Alzheimer seront récompensés à sa juste valeur. Voici comme il résume son étude à la communauté scientifique “Un sommeil profond et reposant peut retarder l’apparition de cette maladie, nous devrions en faire une priorité majeure” A ce jour, aucun médicament ne peut soulager le patient atteint. Pourtant, si on l’interroge en amont sur la quantité d’heures de sommeil, on pourrait totalement contrecarrer les plans diaboliques de la bêta-amyloïde. Plus on dort, plus on élimine cette horreur de notre cerveau.

D’ailleurs, ce sont plus de trente patients qui ont été sélectionnés comme cobaye. Le protocole exigeait d’eux qu’ils dorment au sein du laboratoire. Pendant huit heures, des électrodes se sont attelées à mesurer la quantité de bêta-amyloïde. Grâce à une polysomnographie, on peut suivre en direct le rythme cardiaque du patient ainsi que ses ondes cérébrales. Même la diffusion d’oxygène dans le sang est mesurée. Les résultats sont sans appel. Le sommeil est et restera un marqueur. Plus on dort, moins on a de chance de développer la maladie d’Alzheimer. Aussi, dès le plus jeune âge, il faut prendre des habitudes saines. Aussi, s’astreindre à des créneaux horaires de coucher/de lever est un vrai remède en soi. Apaisé et détendu, votre espérance de vie augmentera et votre cerveau vous remerciera.