La journaliste Anne-Sophie Lapix est accusée depuis plusieurs mois d’être trop complaisante à l’égard du chef de l’Etat Emmanuel Macron, ce qui avait eu pour problème de remettre en cause son professionnalisme.

Son mari Arthur Sadoun, n’avait d’ailleurs pas apprécié cette polémique et avait réagi immédiatement dans l’hebdomadaire : le Journal du Dimanche.

La journaliste Anne-Sophie Lapix a pris la place de David Pujadas au journal télévisé de France 2 depuis la rentrée 2017.

Ce nouveau poste n’avait pas été validé par un bon nombre de télespectateurs. Celle qui a interviewé Emmanuel Macron aux côtés de Gilles Bouleau le 14 octobre dernier essuie aussi les critiques qui portent en particulier sur la proximité qui existe entre Emmanuel Macron et le mari d’Anne-Sophie Lapix, Arthur Sadoun. Ce dernier est un business man avec un gros réseau mais aussi le président du directoire de Publicis.

La publicitaire est donc vu par beaucoup comme un de ceux qui a le plus soutenu financièrement la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.

Face à ces nombreuses mises en cause, Arthur Sadoun a souhaité réagir.

IL a donc accordé un entretien à nos confrères du Journal du dimanche, et ose dire ce qu’il pense : « Je ne parle jamais de ma vie privée afin de la protéger, mais là je vais sortir de ma réserve », a-t-il lancé, et de continuer :

« Ça suffit ! La première fois que j’ai vu mon épouse, c’était il y a dix ans : elle interrogeait le Premier ministre au 20h de TF1. Elle n’a jamais eu besoin de mon aide, ni d’un carnet d’adresses. Le reste n’est que pur sexisme d’un autre âge et manque de professionnalisme de certains médias. »

Anne-Sophie Lapix a aussi tenu à régler ses comptes avec les détracteurs.

Elle a tenu démentir les différentes rumeurs qui expliquaient sa proximité avec le président de la République. « Tout était faux. C’était vraiment une rumeur de réseaux sociaux relayée par plusieurs personnalités qui avaient soif de buzz », avait-elle confié aux journalistes du magazine Télé Star, avant d’ajouter : « Vous savez, on accuse autant les journalistes de servir les intérêts d’Emmanuel Macron que de détruire en permanence sa politique. ».

Très souvent et depuis plusieurs années, les médias sont accusés de connivence, dans le sillage des Gilets Jaunes par exemple. Les citoyens réclament donc plus de transparence car la défiance est grandissante.

Depuis quelques temps, les françaises et français considèrent les médias comme beaucoup trop opaques, ou bien qu’ils seraient également sous influence.

Les citoyens utilisent donc beaucoup les réseaux sociaux et cette méthode ne fait qu’amplifier la circulation des rumeurs.

Les journalistes sont souvent accusés d’avoir des salaires trop élevés et d’être déconnectés des réalités du terrain.

Pour pallier cet effet des journalistes d’une nouvelle génération couvrent les événement au plus près du terrain, comme par exemple avec le rayonnement du journalisme sans concession du site Médiapart, ou bien les enquêtes que proposent Brut, sont de plus en plus plébiscité par les français et françaises.