La série Belle et Sébastien est encore plus connue que le dessin animé ou le film. Aujourd’hui, Mehdi El Glaoui nous en raconte les coulisses.

Mehdi El Glaoui nous dit tout!

Que se passe-t-il derrière la caméra?

Pour toute une génération, Belle et Sébastien, c’est avant tout une histoire d’amour entre un petit garçon et son chien. Pourtant, pour arriver à obtenir un résultat satisfaisant à l’écran, Mehdi El Glaoui a dû beaucoup travaillé. D’ailleurs, s’il a obtenu le rôle, c’est grâce à l’intervention de sa mère. En effet, membre phare de l’équipe, la réalisatrice s’est investie corps et âme dans ce projet. Hélas, nous déplore que la fougue de la mère traumatise à jamais ce petit garçon fragile.

Quand il évoque la mémoire de sa génitrice, Mehdi El Glaoui tient des propos durs. “Ma mère ne s’est pas contentée d’être l’auteure de mes jours, elle a fait de moi l’acteur d’une existence qu’elle écrivait et mettait en scène à mesure que je grandissais” En somme, cette dernière ne faisait pas la distinction entre l’éducation de son fils et l’ambiance du tournage. Tout était prétexte à parler de Belle et Sébastien. Difficile de se construire dans l’ombre d’une mère aussi envahissante. Comment a-t-il fait tirer son épingle du jeu ? nous vous dit tout!

Le point de non retour

Ce n’est pas la première fois que Mehdi El Glaoui aborde le sujet. Dans son livre, il explique aux fans de la série que sa mère allait parfois beaucoup trop loin. Et ça il en a pris conscience à l’adolescence. Pour tous, cette période compliquée nous mène à l’âge adulte. Cependant, si nos parents nous voit toujours comme un bébé, on ne peut pas se construire de manière équilibrée voir sereine. Voici comme il explique les choses : “Elle a rêvé d’un enfant très précis et l’a créé avec son talent de conteuse. Cela n’a plus fonctionné entre nous à partir du moment où j’ai cessé de ressembler à son f*nt*sme”

Pour lui, une seule solution : prendre le large. Une fois le choc de la mort de son père passe, il quitte le domicile familial avec pertes et fracas “J’ai demandé mon émancipation à 17 ans. J’avais besoin de me construire en dehors du regard de ma mère. J’avais besoin de solitude.” Petit à petit, ils mettent les sujets douloureux sur la table et Medhi El Glaoui arrive enfin s’ouvrir et à trouver le chemin de l’épanouissement. Aujourd’hui marié, il a des projets professionnels avec son épouse. nous lui souhaite tout le bonheur du monde dans sa vie d’acteur et celle d’homme !