Brigitte Macron doit être extrêmement déçue de voir qu’elle échoue à nouveau à faire entendre sa plainte. En effet, la Première dame de France avait porté plainte contre un Gilet jaune. Et après avoir été déboutée une première fois, c’est un deuxième échec pour Brigitte Macron. Deux fois, la justice juge non recevable la plainte de l’épouse d’Emmanuel Macron, en l’espace de quelques jours. Tous les détails sur cette affaire bien silencieuse se trouvent dans la suite de cet article.

Brigitte Macron portait plainte contre un Gilet jaune

Brigitte Macron n’avait pas du tout apprécié les remarques d’un Gilet jaune pendant ses vacances. En séjour au fort de Brégançon, le couple présidentiel a tenté d’allier l’utile à l’agréable. Ainsi, des photos du Président de la République et de la Première dame de France se sont retrouvés dans les médias. Des photos qu’ils n’auraient pas voulu voir s’étaler dans la presse. En effet, cela n’est pas très élégant pour les Français, en proie aux conséquences d’une crise sanitaire sans précédent, de voir le Président de la République se détendre sur son et ski. Brigitte Macron avait également pu remarquer que les injures n’étaient pas rare à ce sujet, surtout parmi les opposants à la politique de son mari. Mais elle n’a pas été en reste. Car ce sont aussi des insultes à son encontre qui l’avait poussé à porter plainte.

La justice a tranché en défaveur de Brigitte Macron, deux fois

Brigitte Macron ne pouvait rester les bras croisés pendant qu’un homme s’amusait sur une bouée gonflable, en forme de homard, à proférer des allusions grivoises la concernant. Flottant entre la plage et le fort de Brégançon, le homard était peint de graffitis explicites. Voyant cela, Brigitte Macron décida de porter plainte. Mais elle le fit visiblement en toute discrétion. C’est en effet d’autres personnes qui se sont rendues au Comissariat pour porter plainte en son nom. D’abord l’un des chefs de la sécurité de l’Élysée, puis son avocat. Aussi, d’après les journalistes de Var Matin, Brigitte Macron n’aurait pas pris soin de signer ses plaintes. Et dans les deux cas, la justice a donné tord à Brigitte Macron.

Le Gilet jaune incriminé dans cette affaire a été défendu par Juan Branco. Un jeune homme de 31 ans, avocat, acquis à la cause des Gilets jaune. Il a notamment défendu Maxime Nicolle, l’un des visages les lus connus du mouvement. Opposé à Emmanuel Macron, il publie également un livre qui critique de fond en comble son accession au pouvoir.

Un avocat controversé détaille l’affaire sur Twitter

Brigitte Macron n’aura donc pas eu gain de cause. Et il ne faudra pas douter qu’elle continue de rester discrète sur cette affaire. En revanche, l’avocat du Gilet jaune incriminé tente de faire du bruit sur les réseaux sociaux. En effet, il tient à ce que les Français sachent que Brigitte Macron a essayé d’attaquer un homme pour des propos déplacés. Il tient également à souligner que cet homme est un SDF et que les propos inscrits sur le homard gonflable n’étaient pas si agressifs.

“Un président de la République et sa femme ont traîné en justice un SDF parce qu’il avait osé proférer des grivoiseries, flottant sur un homard, devant Brégançon alors qu’ils faisaient du jet ski.” finissait-il par écrire le 30 septembre dernier sur son compte Twitter. Brigitte Macron ne réagira évidemment pas aux propos de Juan Branco, ni au fait d’avoir perdu son procès qu’elle voulait intenter à ce Gilet jaune. Les propos grossiers qu’il a inscrit sur son homard gonflable ne seraient d’ailleurs pas la première expérience qui le conduisait à avoir à faire à la justice.

Brigitte Macron reste discrète et préfère penser à l’intérêt du pays

En effet, d’après le journal Le Point, ce monsieur aurait été placé en garde à vue l’année dernière. Il aurait levé le majeur pour l’adresser au mari de Brigitte Macron. Et quelques mois après ces déboires, il aurait été interpellé en train de repeindre un mur de graffitis non loin de l’Assemblée nationale. Il s’agirait alors visiblement d’un activiste Gilet jaune. En revanche, il continue d’agir selon ses principes malgré les plaintes de Brigitte Macron. Des principes discutables certes, mais son engagement ne fait pas de doutes.

Brigitte Macron n’aura pas d’intérêts à déposer une nouvelle plainte à l’encontre de ce Gilet jaune. En effet, faire du bruit à ce propos ne pourrait que servir les intérêts du mouvement qui est contre son mari. Alors, plutôt que de camper sur ses positions, la Première dame va surement choisir de se raisonner. Malgré les affronts des inscriptions de ce homard gonflable de cet été, Brigitte Macron saura faire la part des choses et préférer laisser la couverture médiatique à son époux et à ses projets pour le pays.

Et pour l’heure, ce sont les débats causés par la tempête Alex qui préoccupent le gouvernement. Brigitte Macron ne sait que trop que les polémiques n’ont pas à prendre la place des actualités brûlantes. Une catastrophe naturelle est effectivement bien plus importante.