Décidément, rien ne se passe jamais comme ailleurs en Grande-Bretagne. Si pendant chaque période estivale la reine Elizabeth II et son épouse quittent la résidence du palais de Buckingham pour leur résidence d’été au château de Balmoral en Écosse, il est habituel que dès la fin de l’été ou au début de l’automne, ils retournent à Londres pour reprendre leurs activités. et leurs obligations envers la Couronne. Mais cette année, les choses sont un peu différentes.

Agés respectivement de 94 et 99 ans, la reine et son mari, en accord avec leurs conseillers et avec leur entourage, auraient pris la décision de quitter Balmoral et de se rendre par la suite au château de Windsor où ils avaient déjà été confinés. .

“Sa Majesté devrait garder cela comme base dans un avenir prévisible et se rendre à Londres pour prendre des engagements royaux à l’avenir quand ce sera plus sûr”, ont indiqué les colonnes du magazine Hello. Quant au célèbre quotidien Sunday Times, il a également confirmé cette information en affirmant que ni le prince Philip ni la reine Elizabeth II d’Angleterre ne seront vus au palais de Buckingham jusqu’en 2021.

Si évidemment les membres de la Couronne d’Angleterre, et plus particulièrement Son Altesse Royale Elizabeth en second lieu, ont de nombreuses résidences, le palais de Buckingham est la résidence officielle des souverains britanniques. Situé à Londres, le palais est à la fois le lieu où la famille royale remplit ses obligations, mais aussi le lieu où elle reçoit des chefs d’État en visite.

Une résidence éminemment touristique autour de laquelle les Britanniques se retrouvent lors de grands événements. On se souvient tous des images de la foule se massant devant les portes du palais comme à l’anniversaire de la reine, au mariage de Charles et Diana, à la naissance de leurs enfants ou à l’impressionnant parterre de fleurs le jour de la mort de Lady Di.

Le palais de Buckingham est également le lieu à partir duquel les communiqués de presse des bureaux royaux sont transmis au public. Baptisé Buckingham Palace en 1703, cet édifice est devenu très célèbre au fil des siècles alors qu’à l’origine c’était une maison construite au 14ème siècle, qui était en fait un petit manoir érigé sur un sol marécageux et qui était traversé par une rivière qui coule encore aujourd’hui sous la cour et l’aile sud du palais.

Une maison qui a connu au fil des années d’innombrables événements qui auront marqué le Royaume de Grande-Bretagne, mais aussi le monde entier. Lieu de grandes rencontres entre les personnalités les plus importantes de ce monde, bombardé plusieurs fois pendant la Seconde Guerre mondiale, lieu des signatures et des traités importants, c’est toute l’histoire de l’Angleterre qui est réunie en un seul lieu. Le palais de Buckingham est également un lieu de travail dans lequel 450 personnes affluent quotidiennement pour s’acquitter de leurs tâches et aider la Couronne britannique à bien fonctionner.

C’est aussi un lieu de fête où chaque année près de 50 000 personnes affluent vers des garden-parties très chics ou des réceptions, banquets ou dîners donnés dans les nombreuses salles de réception ou dans les jardins. Le palais de Buckingham est aussi un grand centre d’attraction pour les touristes puisque c’est justement là, dans la cour devant le célèbre balcon que se produit quotidiennement la relève de la garde pour le plus grand plaisir des visiteurs toujours très admiratifs de ce protocole séculier.

L’année 2020 a vraiment été une pierre noire pour la reine d’Angleterre, qui a vu des événements éclater mois après mois. En effet, la Grande-Bretagne était comme de nombreux pays dans le monde, fortement affectée par la crise du covid-19, qui a contraint l’entourage de Sa Majesté à prendre des mesures exceptionnelles pour sa propre protection ainsi que celle de ses proches.

Mais 2020 aura aussi été l’année où elle a vu son petit-fils Harry, renoncer à ses titres royaux pour s’exiler définitivement d’abord au Canada puis enfin aux États-Unis où il réside actuellement avec sa femme. et avec leur fils Archie. Si l’on ajoute à cela, la crise du Brexit qui a définitivement sorti l’Angleterre de la Communauté européenne, Elizabeth II d’Angleterre aurait enfin besoin d’un peu plus de repos après ces innombrables ennuis.

Mais malgré son âge déjà bien avancé, la reine reste en pleine forme même si certains médias britanniques l’imaginent se remettre très bientôt et se retirer au profit de son fils Charles. D’autres croient plutôt qu’à travers un ensemble de lois ancestrales, il serait possible que le transfert de pouvoir se fasse directement au profit de Guillaume qui deviendrait alors roi d’Angleterre.

Mais ce sont évidemment des hypothèses et des projections et rien ne dit qu’en réalité, Elizabeth II d’Angleterre ne décide pas d’honorer sa promesse faite quand elle était très jeune lorsqu’elle a été couronnée, c’est-à-dire de prendre le destin du pays en main, jusqu’à sa mort.

Ce qui est certain, c’est que les sujets de Sa Majesté resteront très attentifs aux prochains communiqués de presse du palais de Buckingham pour connaître les projets de la reine. En attendant ceux qui imaginent Elizabeth II, une très vieille dame passant les jours dans son fauteuil tout en se remémorant ses heures glorieuses avec nostalgie, ils se trompent grandement. Il semblerait en effet que le nonagénaire est encore plein d’énergie. Son séjour à Balmoral lui aurait fait le plus grand bien.

Vraiment heureuse dans ce lieu, c’est là qu’elle aime se promener et monter à cheval pendant de longues heures. C’est aussi une résidence où l’étiquette et les obligations de la fonction royale sont légèrement adoucies. L’épouse de l’ancien Premier ministre Tony Blair affirme avoir également vu Sa Majesté la reine d’Angleterre faire la vaisselle après un repas dans sa résidence écossaise. Impensable à Buckingham Palace où l’étiquette est strictement respectée.

Les Londoniens devront donc attendre l’année prochaine pour retrouver leur souverain dans la capitale qui, pour des raisons de sécurité, résidera à Windsor pendant les prochains mois, avant de rejoindre Buckingham Palace probablement au début de l’année prochaine, sous réserve «  d’une évolution positive. de la pandémie de covid-19.