En 2017, Catherine Laborde a quitté TF1 « en commun accord » avec la chaîne, après 26 ans passés au service météo.

« Je pars avec le froid, avec le temps, mais aussi avec tous ces souvenirs que vous m’avez donnés au fil des années« ,

a lancé Catherine Laborde, très émue, lors de son dernier bulletin météo.

« Je vous emporte avec moi. Vous m’oublierez ? Moi non. Je vous aime », a dit la présentatrice.

« Cela a été l’un des grandes aventures de ma vie, que j’ai pu partager avec tous les téléspectateurs.

A l’avenir, je vais me consacrer davantage à l’écriture et au théâtre, où je serai heureuse de les croiser de nouveau« ,

a confié Catherine Laborde dans ce communiqué.

L’ancienne présentatrice météo de TF1 a accordé une interview à 7 à 8

La femme de 69 ans atteinte de la maladie à corps de Lewy s’est confiée sur ce sujet à coeur ouvert.

Il s’agit d’une démence neurodégénérative affectant différentes zones du cerveau.

« Normalement, on dit : « je vais bien merci » – parce que c’est automatique.

Mais dans cette question, il n’y a pas d’automatisme. Et quand vous me demandez si je vais bien,

je vous dirais que ‘oui quelquefois’. Et quelquefois, ça ne va pas très bien (…)

Ça (NDLR: son dernier bulletin météo)me semble loin… Parce que c’est la maladie qui va l’emporter, je pense, à un moment ou à un autre.

C’est dommage, j’aurais bien aimé que ça dure encore longtemps, mais je sais bien qu’il y a un moment où ça doit s’arrêter« ,

a expliqué Catherine Laborde dans un extrait de l’émission diffusé sur Twitter.

Elle a écrit plusieurs livres

Formée au Conservatoire d’art dramatique de Bordeaux, après une maîtrise d’anglais,

Catherine Laborde a commencé au théâtre à Paris en 1972 dans une pièce de Céline, « L’Église ».

Elle a enchaîné de petits rôles au cinéma, notamment sous la direction de Jean-Charles Tacchella,

dans « Cousin Cousine », « Il y a longtemps que je t’aime » et « Croque la Vie ».

Avant de rejoindre TF1, la présentatrice, soeur de l’ex-journaliste de France 2 Françoise Laborde,

a joué en 1980 dans « L’Habilleur » de Ronald Harwood, à la Michodière.

Catherine Laborde est aussi l’auteure de plusieurs livres, dont « La Douce Joie d’être trompée » (2007), éloge du couple libre et de l’infidélité.