Françoise Laborde a évoqué sans langue de bois le montant du salaire de sa sœur pour la présentation de la météo.

Ce mardi 13 avril, Françoise Laborde était l’invitée de Jordan de Luxe dans son émission L’Instant de Luxe, diffusée sur Non Stop People. Pour l’occasion, la sœur de Catherine Laborde a pu évoquer plusieurs sujet. On apprend notamment qu’elle gagnait beaucoup moins que la présentatrice météo. La rédaction nous a décidé de tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Un salaire plus élevé pour Catherine Laborde

Invitée de Jordan de Luxe, Françoise Laborde a pu évoquer le sujet des salaires. Et elle a donné son salaire pour la présentation du journal : “Je gagnais entre 6 000 et 7 000 euros par mois pour le journal, c’est environ la même somme que ce que je gagnais au CSA. Vous avez un salaire de collaborateur de France 2, et en fonction des barrettes que vous avez sur votre épaule, si vous êtes rédacteur en chef, vous êtes mieux payé que si vous êtes juste journaliste” explique-t-elle notamment. Elle poursuit en déclarant : “Moi, j’étais rédactrice en chef, donc j’étais payée à ce titre-là”.

Mais Françoise Laborde ne s’arrête pas là, elle balance également sur le salaire que percevait sa sœur sur TF1. Catherine, à l’époque à la présentation de la météo sur TF1, gagnait beaucoup plus qu’elle au JT de France 2 : “Ma sœur était plus payée que moi, ça devait être dans les 10 000 euros par mois. TF1 payait plus que le service public”. Au moins les choses sont claires maintenant. Que pensez-vous des révélations de la journaliste ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires.

Françoise Laborde donne des nouvelles de sa sœur

Dans cette même interview, Françoise Laborde a décidé de revenir sur la maladie dont souffre Catherine Laborde. En effet, depuis plusieurs années maintenant, l’ancienne présentatrice de la météo sur TF1 est atteinte de la maladie neurodégénérative à corps de Lewy, qui ressemble fortement aux maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Parmi les symptômes, on peut notamment citer la perte de la mémoire et de l’équilibre ainsi que des difficultés à se repérer dans l’espace quand elle est dans le noir. Et pour tenter de diminuer les symptômes, il faut l’emmener dans un univers qu’elle connaît très bien.

C’est notamment dans ce sens-là, que Catherine Laborde a décidé de quitter Paris pour aller du côté de la Vendée. Elle vit actuellement dans sa maison de l’île d’Yeu, et c’est plus facile pour elle et surtout quand il y a un confinement : “Quand elle y est, ça va mieux parce qu’elle peut circuler plus facilement, se promener, tout le monde la connaît. À Paris, elle l’a mal vécu évidemment. C’est pour cela qu’elle est partie là-bas (…) Ce sont des maladies qui sont angoissantes, donc quand on est en plus enfermés on est encore plus angoissés” explique notamment Françoise Laborde.

Catherine Laborde va un peu mieux aujourd’hui

Comme le dit Françoise Laborde, aujourd’hui sa sœur va plutôt bien. Elle peut notamment compter sur le soutien de sa famille : “Ça va bien, elle est contente ! Sa fille aînée Gabrielle est avec elle, avec son mari et leur petit garçon. Elle est en famille. Pia, sa seconde fille, est venue aussi passer du temps avec elle. Je pense qu’être avec ses filles, ses petits-enfants et son mari, ça lui fait beaucoup de bien” déclare-t-elle au micro de Jordan de Luxe. La journaliste explique également qu’elle peut avoir souvent Catherine au téléphone et elle remarque dans les discussions, que la santé ne s’est pas trop dégradée.

François Laborde explique alors pouvoir parler de tout avec sa soeur. De la vie, des enfants, de son humeur par exemple : “On parle de tout, de la vie, de comment on va, de comment vont les enfants, qu’est-ce que tu fais, comment vas-tu… Non ça va, elle est bien quoi, elle est détendue… C’est une maladie qui est une saloperie, mais c’est une évolution très lente“. Mais il y a tout de même un sujet qu’elle ne veut pas aborder avec Catherine Laborde : la mort. En effet, elle ne se sent pas légitime pour parler de ça avec elle. Elle estime même que de lui poser la question concernant l’après, n’était pas délicat. A la rédaction nous o on peut comprendre la décision de la journaliste.

0/5 (0 Reviews)