Pour ceux qui s’intéressent au monde de la télévision depuis de nombreuses années, le nom des sœurs Laborde ne leur est sûrement pas inconnu. S’il y a Françoise d’un côté, la célèbre journaliste et membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel de 2009 à 2015, il y a de l’autre côté Catherine Laborde, l’ancienne madame météo de la chaîne de télévision TF1.

Âgée aujourd’hui de 69 ans, Catherine Laborde avait mis un terme à la présentation de la météo en janvier 2017. C’est à cette époque, qu’elle avait annoncé pour la première fois aux téléspectateurs et à certains de ses proches qu’elle était en réalité souffrante et qu’elle était touchée de plein fouet par la maladie de Parkinson depuis plusieurs années. Alors qu’en 2019, elle avait écrit un ouvrage intitulé Trembler, dans lequel elle expliquait son long combat contre le mal qui la touche, elle est récemment revenue sur son état de santé sur le site de Télé-Loisirs.

Lors de ce long entretien, l’ancienne vedette de TF1 expliquait quel était son quotidien et comment le mal évoluait d’année en année. ” Aujourd’hui, au moment où je vous parle, je vais plutôt bien. Mais ma maladie (la maladie à corps de Lewy qui est une forme de Parkinson NDLR) est très imprévisible. Mon état peut changer d’une heure à l’autre. Cette maladie entraîne de nombreux problèmes physiques et psychologiques. C’est difficile de vivre avec elle. Elle m’enferme terriblement dans la solitude. C’est une sorte de vieillesse prématurée. Mais j’ai la chance d’être très bien entourée “ expliquait-elle au journaliste avant de préciser comment se déroule sa vie d’aujourd’hui : ” Avec mon mari, nous venons d’acheter une maison sur l’île d’Yeu. Nous vivons la moitié du temps là-bas et le reste à Paris. J’aime cet équilibre. Je rêve aussi d’aller au Japon. Sur le plan professionnel, j’ai évidemment des envies, mais je ne suis pas certaine que mon corps et mon esprit puissent suivre. Il y a bien une chose que j’aimerais faire, c’est de remonter une dernière fois sur scène et sentir ce lien avec le public “.

De son côté, sa sœur Françoise Laborde avait également donné des nouvelles de Catherine dans l’émission de Jacques Sanchez sur Non Stop People, il y a quelques mois. Alors qu’elle était l’invité de Que sont-ils devenus ?, la journaliste rassurait les fans de sa sœur sur son état de santé : “ Catherine va bien. Elle est toujours à l’île d’Yeu entourée de son mari, ses amis, etc. Elle a terminé son livre qui va sortir en octobre ou en novembre. Quand je l’ai au téléphone, elle est très énergique pétillante. Il y a forcément des jours où elle est moins en forme, mais comme nous tous… je suis très étonnée… on a l’impression que les choses sont parfaitement contrôlées “. Selon sa sœur, Catherine Laborde serait suivie de très près par les médecins et affirme qu’elle suit plusieurs traitements dont certains expérimentaux.

Les fans de l’ancienne présentatrice météo seront donc très heureux d’apprendre que malgré ce terrible verdict annoncé il y a quelques années, Catherine Laborde continue à se battre. Les dernières nouvelles de l’ancienne collaboratrice de TF1 dataient déjà, en effet, du début de l’année 2020. Au mois de janvier dernier, Catherine avait tenu à donner de ses nouvelles et confirmait ainsi : “ Je vais bien, merci. C’est un peu la réponse de l’anglais qui assure qu’il fait beau même quand il pleut à verse. J’ai passé des moments terribles, mais depuis un mois et demi, ça va beaucoup mieux “. Mais malgré ses nouvelles assez positives et pleines d’espoir, la présentatrice de TF1 avoue connaître des périodes très difficiles et durant lesquelles elle a besoin d’aide : “ C’est une des maladies dégénératives du cerveau qu’on connaît très mal. Je trébuche au moins une fois par jour. Ça m’est difficile de sortir dans la rue, j’ai peur de tout. Il y a tellement de choses que je m’interdis de faire “.

Lors de cette dernière interview accordée à Paris Match au début de l’année, Catherine Laborde était revenue sur l’origine de ce mal et sur la découverte de sa maladie. C’est lorsque les premiers symptômes sont apparus en 2014 qu’elle s’était décidée à consulter des spécialistes. ” Quelques mois après un premier diagnostic, les médecins se rendent compte que je suis atteinte de la maladie à corps de Lewy. C’est une de ces maladies du cerveau qu’on connaît très mal. C’est un domaine pratiquement inexploré, un peu comme le fond des océans. Inutile de vous dire que ce mystère accentue l’aspect effrayant de la chose. Et en fait… heu… Ça y est, je ne sais plus ce que je voulais dire… Ça m’est sorti de la tête, c’est désagréable ” racontait-elle difficilement, avant que le journaliste ne vienne à son aide en lui assurant que ça allait revenir. Reprenant ses esprits, Catherine Laborde poursuivait en expliquant comment elle se sentait lors des périodes de crise : “ Les symptômes sont ceux de la vieillesse : la fatigue, les gestes pas coordonnés, les chutes. Je trébuche au moins une fois par jour. Mais ce n’est pas seulement le corps qui se défait petit à petit, j’ai aussi l’impression d’être beaucoup plus émotive qu’avant. Ça m’est difficile de sortir dans la rue “.

Une maladie encore presque inconnue qui la ronge maintenant depuis plusieurs années. Si quelques universités et quelques chercheurs à travers le monde semblent de plus en plus s’intéresser à cette pathologie, un grand nombre de questions et de mystères planent encore autour de ce mal. Ce que l’on en sait, c’est qu’une personne atteinte de la maladie à corps de Lewy peut présenter des symptômes semblables à ceux de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson. C’est-à-dire la perte progressive de la mémoire, du langage, du raisonnement et d’autres fonctions intellectuelles comme le calcul par exemple. Le malade peut également avoir des problèmes de mémoire à court terme et éprouver des difficultés à trouver le mot juste ou à suivre un enchaînement d’idées. Autre pathologie remarquée, c’est que certaines personnes souffrent alors de dépression et donc de stress. Le sommeil est évidemment très altéré et la maladie progresse assez rapidement. Si certains médicaments permettent de traiter les symptômes, malheureusement à ce jour, la maladie est incurable et ne connaît pas de traitement efficace et définitif.