Dès que les premiers rayons de soleil apparaissent, les rayons de crème solaire se garnissent. Dans cette enquête, vous allez découvrir tous ces étourderies qui pourraient vous coûter cher !

La crème solaire est-elle notre amie ou doit-on s’en méfier comme de la peste ? Pas de panique, on vous explique dans les moindres détails !

La crème solaire comme vous ne l’avez jamais lue !

Face à la hausse des températures, les spécialistes de la météo tirent la sonnette d’alarme. En effet, même si les rayons du soleil font du bien au moral, ils demeurent dangereux pour la peau. Aussi, pour s’en protéger, on investit dans une crème solaire. Hélas, à l’instar d’une majorité de cosmétiques, vous devez respecter certaines règles avant, pendant et après leur application. C’est parti, on vous explique tout dans les moindres détails.

Que valent les recettes DIY ?

En ce moment, le fait-maison revient sur le devant de la scène. À cause de la pandémie, on a tendance à vouloir jouer à l’apprenti sorcier. Astuces de cuisine, tutoriels pour éviter les produits toxiques, élaboration de rituels beauté plus naturels… un simple tour sur YouTube suffit. En ce qui concerne la crème solaire, le constat de cette dermatologue est sans appel. Ce genre de procédé n’est pas un exemple à suivre. Pire encore, elle ne recommande pas non plus les versions bio. Perdus dans les rayons des parapharmacies et supermarchés, nous remettons tout en question. Heureusement, nous fait le point !

De la crème solaire, mais pas que…

Dès que le ciel bleu apparaît, nous devons ressortir tout notre matériel de vacancier. En plus du « T-shirt et un bermuda, chapeau et lunettes », nous devons prendre soin à répartir l’équivalent d’une « cuillère à café rase » de crème solaire sur la moindre parcelle d’épiderme restante. D’ailleurs, les fabricants sont malins. Ils bien compris l’intérêt de proposer des modèles adaptés aux peaux fragiles. Quant au crâne, en plus de la classique casquette en tissu ou en paille, la version brumisateur est la plus pratique.

À quelle fréquence ?

En fait, avant de nous remettre en route pour une randonnée ou la plage, la crème solaire doit devenir une habitude. En prévision d’une exposition au soleil, le rituel doit s’accomplir tous les matins, ou par tranche de « deux heures« . Qu’on se le dise. Ce n’est pas parce que le ciel se couvre de nuages que vous ne devez pas relâcher vos efforts.
Entre les UVA et les UVB, l’augmentation de cas de cancer du peau inquiète les autorités sanitaires. Dès lors, y compris pour les peaux foncées à mates, l’indice SPF demeure le seul rempart contre le danger.

Le pari osé des tenues vestimentaires

Lorsqu’on nous renouvelle sa garde-robe estivale, on fait attention aux prix, mais aussi à la composition. En effet, contrairement à ce qu’on croyait « On peut tout à fait attraper un coup de soleil avec un tissu un peu aéré. » ! Une fois encore, la crème solaire est votre seule issue pour éviter les désagréments (rougeur, allergie, insolation, etc.).

Attention aux enfants !

Jeunes parents, nous vous dédie ce paragraphe. De surcroit, des experts américains estiment que « lorsque l’on a reçu beaucoup de coups de soleil dans l’enfance, on a beaucoup plus de risque d’avoir des cancers de la peau plus tard. » Face à ce constat alarmiste, vous devez prendre les choses en main. Dans les magasins de sport, le tee-shirt anti-UV se vend comme des petits pains. Alors qu’on aurait tendance à investir dans une crème solaire adaptée à nos progénitures, nous avons comparé les ingrédients. À peu de chose près, c’est identique. Donc, pourquoi ne pas acheter un plus gros tube pour toute la tribu ?

QUID de la DLC

Et pour ceux qui ont un budget serré, pas question de jouer avec le calendrier. Malgré des estimations de conservation de trois ans, la crème solaire « utilisée tout l’été peut être jetée à la fin de la saison. » De nombreux tests ont prouvé qu’elle « ne sera plus efficace l’année suivante. » Dénoncé par les associations de consommateurs, le scandale du perturbateur endocrinien est encore dans toutes les mémoires. Pour éviter tout dommage collatéral, le mieux est de se fier aux sigles mensuels (M).

Crème solaire : savoir différencier les UV

Ceux qui ont élaboré la crème solaire en sont conscients. Elle « protège surtout des UVB et évite les coups de soleil. » Son « barrage aux UVA » n’est qu’illusoire. Or, pointés du doigt par les experts, ce sont eux « qui entraînent des cancers de la peau et accélère son vieillissement » !