D’ordinaire discret, le rappeur Disiz la Peste se confie sans tabou au sujet de sa famille et de son divorce avec la mère de ses enfants dans le journal Libération, paru ce mercredi.

Il se confie comme il ne l’a fait que rarement au cours de sa vie. Disiz la Peste est de retour sur scène. Il se produit sur la scène de la Salle Pleyel les 25, 26 et 27 janvier, à Paris. Les retrouvailles avec le public, tant attendues, mais aussi une bouffée d’air avec des mois difficiles. En 2019, le rappeur se sépare de la mère de ses enfants. La fin de 20 ans de mariage. Selon les informations du journal Libération, qui fait de l’artiste son portrait du jour ce mercredi 25 janvier, il lui aurait tout laissé pour mieux « repartir à zéro ». Une page qu’il tourne dans la douleur, mais qui l’inspire. Disiz, de son vrai nom Sérigne M’Baye Gueye, écrit alors son nouvel opus, le 13ème, intitulé L’Amour, dans lequel il parle de sa rupture.

La chute sera violente pour le père de famille. En grande « souffrance », l’artiste franco-sénégalais parle de ses faiblesses et de l’impression de voir sa destinée lui échapper à ses enfants et à un psychologue. « C’était une spirale, se souvient-il dans les pages de Libération. Je vivais avec la maladie de la culpabilité parce que je mentais en me mentant à moi-même. C’est douloureux de savoir que mes secrets ont affecté la vie des gens que j’aime. » Aujourd’hui, il a la garde se ses cinq enfants à mi-temps. Avec son ex-femme, le dialogue a été rétabli en dépit d’une « rupture compliquée ».

Les enfants de Disiz réunis dans un clip

La famille est importante pour l’artiste. Disiz la Peste a souvent parlé de ses enfants dans ses chansons – ils sont une source d’inspiration et l’ont motivé à avancer dans sa carrière artistique. Pour le clip de la chanson Enfants irradiés sorti en 2019, il tourne avec sa propre tribu. On voit ses cinq enfants réunis autour de lui, la benjamine dans ses bras.

En 2022, Disiz faisait son retour avec le titre Casino. Il y chante « ‘Tain, l’amour, c’est chelou, wesh ». A la fin du clip, le rappeur qui chante les yeux rivés sur la caméra, fond en larmes, incapable de contenir ses émotions.