Alors que le célèbre jeu Fort Boyard est présent à l’antenne depuis plus de 30 ans, et que les épisodes ont repris le 11 juillet avec notamment Camille cerf, Tom Leeb, Clémence Botino et Claude de Koh–Lanta, une annonce a été diffusée il y a quelques jours, concernant une nouvelle règle en application dans l’émission déjà trentenaire.

Depuis sa création en 1990, il était pour habitude que les participants qui récoltaient les Boyards, pouvaient ramasser les fameuses pièces d’or qui étaient tombées sur le sol après la fermeture de la grille. Alors que les fauves étaient lâchés, les candidats avaient encore l’occasion de récupérer les pièces jonchées sur le sol pour augmenter leur cagnotte. Une habitude qu’il va falloir perdre pour les prochains participants du jeu. Les 30 dernières secondes sont effectivement destinées à la lente descente de la barrière de l’entrée. Lors de ce laps de temps, les candidats s’empressaient d’essayer de sortir de la salle des coffres avant que les tigres n’apparaissent. Dans la précipitation, il arrive régulièrement que de l’argent jonche le sol et que les joueurs tentent de le récupérer très rapidement. Aujourd’hui, les règles ont changé, tous les Boyards qui ne seront pas dans le chaudron seront perdus et ne pourront en aucun cas être comptabilisés.

Une modification qui s’ajoute aux conditions particulières dans lesquelles ont eu lieu les tournages. Comme l’expliquait le présentateur Olivier Minne début juillet, la société Adventure Line Productions a dû à s’adapter aux mesures particulières face à la crise sanitaire. Et comme dans tous les lieux, des mesures de prévention ont été prises sur le célèbre fort : ” Les candidats arrivent sur le Fort masqués. Dès qu’ils sont installés face à moi, à une distance physique réglementaire, ils enlèvent leurs masques. Tout au long de l’émission, ils vont suivre un par un, Passe-Partout pour se rendre là où se déroule les épreuves. Ce dernier restera masqué. On a installé des écrans de contrôle et il y a des retours son partout, ce qui nous permet de suivre les candidats “.

Une autre modification par mesure de précaution, se déroule également dans la salle de coffre comme pour la règle qui les empêche aujourd’hui de l’argent ramasser sur le sol. ” À ce moment-là, les célébrités remettent leurs masques, ce qui leur permet d’être plus proches sans toutefois se toucher “ confiait Olivier Minne avant de rajouter “ Et le puits où tombent les Boyards est dorénavant divisé en différents segments. Chaque célébrité à son propre segment “.

Mais il y a encore une autre technique habituelle que les candidats utilisent qui sera désormais interdite pour éviter qu’il soit trop près l’un de l’autre, et pouvoir mettre en place les célèbres gestes barrières : “ Avec les mesures mises en place, pour le ramassage des Boyards, on ne pourra plus faire de portée, donc on a dû improviser et trouver d’autres techniques » expliquait, quant à lui, un des candidats en précisant ce qui changeait : ” Quand on porte quelqu’un, on a beaucoup plus de chance de remporter plus d’argent. À partir du moment où c’est la règle pour des questions de santé, on le fait. On a trouvé d’autres manière originale de récupérer les boyards. Je ne vous en dis pas plus, vous verrez ! “.

Ce samedi 8 août, était diffusée la 5e émission de la 31e saison de Fort Boyard. L’équipe était constituée de Vianney, Vaimalama Chaves, Fabrice Santoro et du duo Les Frangines. Tous jouaient au profit de l’association Lazare. Une soirée sur France 2 qui a été deuxième sur le tableau des audiences avec près de 3 millions de téléspectateurs. Preuve que malgré le temps qui passe, le jeu d’aventure passionne toujours le public malgré les dernières modifications imaginées par la production.

Mais si le succès est au rendez-vous, au mois de juin dernier, Alexia Laroche–Joubert, la productrice de Fort-Boyard se montrait très pessimiste pour l’avenir du célèbre jeu. Alors qu’elle était l’invitée media de Philippe Vandel sur Europe 1, elle se confiait sur ses productions comme Koh–Lanta, La carte au trésor et bien évidemment Fort Boyard. ” Je suis inquiète, c’est rare que je parle comme ça “ affirmait-elle au journaliste qui l’interrogeait sur la prochaine saison. “ Fort Boyard est un monument, à la fois au sens figuré et au sens littéral, et ce monument est en péril ” précisait-elle avec une certaine angoisse. “ Si par hasard, je ne peux pas tourner pour cause de covid, si j’ai un, deux ou trois cas, c’est catastrophique. La boîte de production peut mettre la clé sous la porte “.

Alexia Laroche–Joubert avait même imaginé demander l’aide des pouvoirs publics pour qu’il débloque un fonds de soutien. Une aide dont ont bénéficié certains producteurs de cinéma face à l’arrêt des tournages. La célèbre productrice aurait donc souhaitée si cela s’avérait nécessaire, que l’État puisse également aider les productions de télévision qui sont bien évidemment à la tête de beaucoup de personnel dont le travail était réellement mis en danger. Mais fort heureusement pour la femme de télévision ainsi que pour toutes ses équipes, le déconfinement et les mesures sanitaires mises en place ont permis à toute l’industrie audiovisuelle de repartir vers de nouvelles aventures.

Mais il ne faudrait en aucun cas croire que la partie est gagnée, et la recrudescence des cas de covid-19, semble démontrer que les mesures de précaution restaient essentielles. Néanmoins, la production de Fort-Boyard a réussi à s’adapter en instaurant des règles qui ont permis de reprendre le travail, même si cela était un petit peu déstabilisant pour les équipes et pour les candidats. On imagine la difficulté de mettre en place la désinfection systématique des lieux, la distanciation obligatoire et bien d’autres mesures dans un lieu comme le vieux fort qui abrite le jeu. Mais grâce à leur persévérance et à leur imagination, les équipes ont su relever le défi pour permettre aux téléspectateurs d’enfin retrouver l’un des jeux phare de France 2.

À toutes ces mesures d’hygiène, est donc venu s’ajouter une nouvelle règle qui empêche désormais de ramasser les Boyards sur le sol alors que les portes se ferment pour séparer les candidats des fauves qui entrent dans l’arène.