En lisant cette étude de nos confères du Huffington Post, le variant indien pose problème. En effet, les scientifiques n’ont clairement pas assez de recul pour nous prédire ce qui va se passer. Or, au vu des données enregistrés dans le monde, la panique commence à grandir en France. nous vous explique tout dans les moindres détails.

En France, on respire. Après plusieurs mois de privation, on retrouve notre liberté. Or, le variant indien risque fort de tout chambouler !

La présence variant indien en France fait débat

Depuis un an et demi, la France a vécu trois épisodes de confinement. Redoutables pour le moral ainsi que pour la situation économique, on essaie malgré tout de se convaincre que demain sera meilleur qu’hier. Comparé à l’an passé, le vaccin est là et les centres où aller se faire ces fameuses doses se multiplient tels des champignons. Cependant, à l’instar du mois de décembre, un variant commence à prendre de la place dans les médias. Il s’agit de la version indienne. Surnommée B.1.617 par la communauté scientifique, cette dernière le surveille comme le lait sur le feu. Nos confrères du Huffington Post ont enquêté auprès des plus experts internationaux. Voici le résultat de leurs investigations.

Faut-il en avoir peur ?

En France, sommes-nous de retour à mai ou à décembre 2020 ? En effet, lorsque la population entend le mot variant, ils ont un air de déjà-vu. Seulement voilà, les rumeurs courent et affolent les médias. Qu’en est-il de sa dangerosité ou de l’efficacité des vaccins ? Vous allez vous qu’il y a des bonnes comme des mauvaises nouvelles.

Parmi les trois souches du coronavirus, il y en a une qui angoisse fortement les autorités sanitaires en France. Il s’agit de la sous-catégorie B.1.617.2. Majoritaire en Inde, elle décime la population à la vitesse de la lumière. Cependant, sur place, on n’a pas forcément accès des données de séquençage. Les rares qui existent sont déjà dépassées. Par contre, au Royaume-Uni, on a l’habitude de réaliser ce genre d’études donc les résultats nous semblent plus fiables. Après tout, c’est là-bas que serait né le si redouté variant britannique.

Selon Christina Pagel, le variant indien représente un peu près un tiers des génomes. Or là encore, comme les vacances d’été approchent, il existe une probabilité que ces résultats soient lègerement revus à la hausse pour décourager les touristes. En tant la scientifique nuance ses propos et interprète le graphique de la manière suivante.“Il est possible que le variant progresse rapidement sans être plus contagieux, mais je pense que l’explication la plus simple est qu’il est plus infectieux” Avons-nous raison d’être inquiet en France ? La réponse est oui !

Des zones d’ombre

Grâce à la version anglaise du conseil scientifique, nous avons encore plus de renseignements sur la transmission de cette nouvelle catastrophe. Ces derniers estiment qu’il est deux fois plus “infectieux” que celui née sur leur sol à la fin 2020. Et puis rappelez-vous, on nous disait la même chose à l’époque sur les chaines d’informations en continu. Qui croire ? Comment avancer en France sans risquer d’y laisser des plumes ? Heureusement, ils ne sont pas tous de cet avis. Lorsqu’on l’interroge, Andrew Rambault marche des œufs. Or, depuis peu, il change un peu son discours et aborde la transmission. “Meilleure” peut-être, mais il ne peut pas prédire combien de temps cela va-t-il durer avant que les chiffres se stabilisent.

La lueur d’espoir viendra d’un journaliste. Dans The Financial Times, John Burn-Murdoch constate le début d’une légère accalmie. Croisons les doigts !

QUID de l’action des vaccins

Depuis quelques mois, en France comme dans le monde, on place tous nos espoirs dans le vaccin ? Cependant, nous vous rappelle que même si vous avez fait vos deux doses, vous pouvez toujours tomber malade. Certes, vous pouvez éviter les formes graves et mortelles de la Covid-19 (réanimation, coma artificiel, etc.) Mais la peur d’être porteur asymptomatique rôde.

Nos confrères ont trouvé cette étude très intéressante. Publiée au Quatar, elle constate que plus les deux doses de vaccin évitent 98% des formes graves. Par contre, les cas asymptomatiques se multiplient. Et ils sont beaucoup plus nombreux que lors des tests réalisés en laboratoire. Il ne faudrait pas que cela donne du grain à moudre aux anti-vaccins. Pour les contrer cette frange de la population en France qui veut à tout prix ne pas avoir à réaliser les fameuses piqures, il faut leur préciser que les ARN fonctionnent à 75% ! Ce qui est énorme !

NEW: this chart is important

It’s early days, but there are signs that the vaccines may be working against the Indian variant B.1.617.2

Le cas Français

Pour la première Santé Publique France place le variant indien dans ses données. D’un côté, cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur la situation dans le pays de Molière. De l’autre, cela ne rassure pas forcément, car cela veut dire qu’il est déjà sur notre sol.

On l’a repéré dans deux clusters en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France. Seulement voilà, dans un cas comme dans l’autre, il n’y a aucun lien d’établi avec l’Inde. Alors, comment ce méchant variant est-il venu empoisonner ces familles et surtout perturber nos statistiques ?

Doit-on se faire une raison ou croire encore que le hasard fait bien les choses ? Dans les colonnes de nos confrères, on retrouve une jolie métaphore. nous la trouve particulièrement adaptée à la situation. “C’est comme quand on lance un dé : le résultat peut varier de 1 à 6. Par contre, si on en lance 1000, le résultat sera très, très proche de 3500.”

Samuel Alizon a une autre théorie pour la France. La voici. “La question est de savoir si nous sommes en France vis-à-vis du variant indien comme en novembre par rapport au variant britannique, avec une faible circulation qui ne prend pas, ou si nous sommes plutôt dans la même situation qu’à la fin décembre, où les chaînes de transmission sont encore minoritaires, mais bien installées”. Croisons les doigts en attendant le prochain séquençage anglais et français. Ils devraient éclairer davantage notre lanterne !

0/5 (0 Reviews)