Sur le plateau des “Enfants de la télé”, Gérard Jugnot n’a pas mâché ses mots à l’encontre de l’ex-rugbyman Guillaume Labbé.

Dimanche 18 avril sur France 2, Gérard Jugnot a choqué tout le plateau des Enfants de la télé. En effet, il ne s’est pas gêné pour dire haut et fort ce qu’il pensait de Guillaume Labbé.

En effet, ce soir-là, Laurent Ruquier recevait l’ancien rugbyman qui s’essaye aujourd’hui à la comédie. Il figurera bientôt au casting de la série “L’Ecole de la vie” produite par Nagui. Pour l’occasion, Laurent Ruquier a diffusé la bande-annonce. Et là, Gérard Jugnot aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. On vous dit tout !

Son rôle mythique dans Le Père noël est une ordure

Gérard Jugnot, c’est un acteur qu’on adore au sein de la rédaction d’nous. Il a marqué des générations entières avec son rôle mythique du père noël râleur et sadique dans le Père noël est une ordure. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il devait au départ incarner un autre personnage du film !

« Mes camarades auraient voulu que je joue Katia, la transsexuelle interprétée par Christian Clavier. Mais je me suis cramponné à ma moustache. Oui, pour jouer Katia, il aurait fallu que je la rase, que je me maquille, que je porte des bas. Cela ne me disait rien. Avec le recul, je m’étonne d’avoir arboré cette moustache si longtemps. Mais la mère de mon fils l’aimait bien.

Sa moustache de franchouillard lui a permis de décrocher de nombreux rôles !

Et de poursuivre : « Et puis, elle me vieillissait et me faisait ressembler à un archétype de Français. Cela m’a permis de tourner rapidement. La moustache n’a pas dit son dernier mot : je viens de tourner un film sous la direction de Marie-Lou Berri, qui m’a confié un rôle de grand-père moustachu. », a-t-il en effet confié au magazine suisse Génération Plus en décembre 2018.

Ce grand humoriste tient ensuite à préciser qu’avec « les copains du Splendid, nous n’écrivions pas pour choquer les gens. On n’était pas des jeunes très rebelles. Pas comme Coluche ou Pierre Bouteiller, par exemple. On était sages dans nos délires. On avait juste envie de se marrer à partir de situations réelles. En l’occurrence pour le Père Noël, je connaissais quelqu’un qui travaillait à SOS Amitié. Cette personne avait plusieurs enfants, dont une fille psychologiquement fragile.

Et de préciser : « Plutôt que de s’occuper d’elle, les parents aidaient des gens en difficulté. C’est ce qui nous a donné l’idée d’écrire une pièce sur des personnes incompétentes et névrosées qui s’investissent dans la charité. », a-t-il en effet raconté dans les colonnes de Génération Plus.

La troupe du Splendid a vu le jour… au lycée !

Et c’est au lycée qu’il a rencontré Thierry Lhermitte, Christian Clavier, Michel Blanc. « Thierry aurait pu devenir un grand médecin, Michel se lancer dans la littérature ou la musique, Christian faire de la politique. Moi, je n’avais qu’une corde à mon arc, celle de faire le clown sur scène ou devant une caméra. Je les ai entraînés. J’avais peur d’y aller tout seul. » Et c’est ainsi que la troupe du Splendid a vu le jour.

Pas facile cependant pour son père d’accepter son orientation professionnelle. « Mon père s’est beaucoup inquiété pour mon avenir. Il était métreur et dirigeait une petite entreprise de couverture-plomberie. Quand il a su que je voulais devenir comédien, il me prédisait un futur de clochard. », explique-t-il encore à nos confrères suisses. « Je me suis souvent opposé à lui. Plus tard, j’ai accepté des rôles qui me permettaient de lui parler par personnage interposé. Le film Meilleur espoir féminin que j’ai réalisé parle justement du désarroi d’un père qui voit partir sa fille au firmament du star système. C’était évidemment moi, par rapport à mon père. »

Retour sur le plateau des Enfants de la Télé. Après la diffusion de la bande-annonce, Gérard Jugnot n’a pas pu s’empêcher de lâcher : “C’est bien pour vous, ça vous change d’être enseignant quand même…” Ce à quoi le principal intéressé a répondu un simple “ouais… ». Laurent Ruquier a alors tenté de le relancer : “Jusque là, on vous proposait plutôt des rôles de sportifs, de séducteurs”.

Il n’en fallait par plus pour titiller l’humour moqueur de Gérard Jugnot : “Il faut dire qu’il a pas une tête d’intellectuel”, a-t-il alors lâché. Fair-play, Guillaume Labbé a simplement répondu : “Merci de lire le sous-texte, enfin, le parler franc, un peu d’honnêteté“.

0/5 (0 Reviews)