L’aventurière de Koh-Lanta : l’île des Héros ne se livrera pas à La Bataille des couples. Inès Loucif a annulé sa participation dans l’émission de télé-réalité de TFX. Elle en confie la raison à ses abonnés sur Instagram.
A la dernière minute, Inès Loucif a planté la production du programme La Bataille des couples. Elle avait prévu d’y participer avec son compagnon Tristant. Mais le 30 octobre, dans une story sur Instagram, elle fait part de la nouvelle tout en restant évasive. “Ce n’est pas contre la production, a-t-elle commencé par expliquer. Je m’entends très très bien avec cette production. Ils prennent énormément soin de moi, donc ça a été très compliqué pour moi de leur faire ça à la dernière minute.”

“ Comme je vous ai dit, c’est très important pour moi donc je ne peux pas partir, je dois rester ici. Je vous remercie pour le soutien énorme que j’ai reçu. Vous pourrez quand même me retrouver dans La villa le 16 novembre“, poursuivait-elle.

“Je sais aussi que j’entraîne mon binôme (Tristan, NDLR) dans ma non-participation à La bataille. Mais, peut-être que dans quelque temps, vous pourrez comprendre…“, concluait-elle sans donner plus de piste.

“Il s’est passé des choses récemment dans ma vie (…) j’ai dû faire le choix de ne pas partir“.

“J’ai décidé d’annuler ma participation à La Bataille des couples, la saison 3. Il s’est passé des choses récemment dans ma vie qui font que j’ai dû faire le choix de ne pas partir“, a-t-elle déclaré dans cette story. A ce moment-là, personne ne connaît les raisons exactes qui l’ont poussés à s’écarter du jeu. Ce n’est que mardi 3 novembre qu’Inès a détaillé sa décision.

Infirmière de profession, Inès a en effet préféré retourner à l’hôpital. Mais si elle se confronte chaque jour là-bas à une situation très compliquée. “Merci à tous pour vos encouragements d’hier, pour la reprise du travail qui n’a pas été facile. Mais ça m’a fait du bien, je me sentais obligée d’aller aider, a-t-elle reconnu. Je ne me voyais pas rester chez moi alors que je suis quand même infirmière. C’était normal d’y aller. Maintenant, je suis ultra-saoulée de comment ça se passe, parce qu’on se tape une deuxième vague, mais il y en aura une troisième.”

Elle se confie sur le choc qu’a été la première vague pour elle : “Moi, j’ai été traumatisée de ce que j’ai vu lors de la première vague, des conditions, des protocoles qu’on était obligés de suivre qui étaient très durs. Là, ça redevient hardcore. Le personnel, il est au bout du bout” a-t-elle alarmé. En légende, elle a également écrit : “Je suis tellement remontée contre le gouvernement, il y a de moins en moins de personnel soignant. Ils sont soit touchés par le Covid, soit en dépression. Et merci pour la revalorisation“, remarque-t-elle avec ironie.