En 2004, après deux ans de relation, Isabelle Adjani rompait avec Jean-Michel Jarre par le biais d’une interview pour “Paris Match », une séparation plutôt étonnante !

En effet, le compositeur infidèle avait entamé une liaison avec l’actrice Anne Parillaud…

C’est alors en éclats qu’a volée l’histoire d’amour d’Isabelle Adjani et Jean-Michel Jarre en 2004, après deux ans de romance.

L’actrice, en souffrance, a alors elle-même révélé cette rupture douloureuse à nos confrères de Paris Match, révélant au passage, l’infidélité de son célèbre compagnon avec une autre comédienne : Anne Parillaud.

“J’y ai cru et il m’a trompée, je le quitte. Notre histoire a perdu la beauté de son engagement avec ses couleurs d’origine, cela ne m’intéresse plus, c’est pour ça que je pars » avait révélé dan les colonnes du magazine, la star des films L’Été meurtrier, Camille Claudel ou encore de La Reine Margot. Et de reprendre « Il n’a pu résister à la tenta­tion qui sabote le bonheur de deux personnes. Il m’avait dit qu’il lui était impos­sible de prendre un seul jour de vacances avec moi, cet été, alors qu’il avait plani­fié un séjour en Sardaigne avec sa future nouvelle compagne.” ET c’est Anne Parillaud la nouvelle compagne en question. Jean-Michel Jarre s’est d’ailleurs marié avec cette dernière en 2005.

Isabelle Adjani a donc choisi d’exposer sa vie personnelle mais dans quel but ?

En 2016, elle a accordé une interview au magazine Elle, dans laquelle elle a fait part de sa démarche :

“Je devais régler cela. J’al­lais tomber malade sinon. S’ex­po­ser, ce n’est jamais une bonne façon. Mais j’ai rencon­tré des femmes qui m’ont dit merci. Il fallait quand même, vu mon orgueil, que ça devienne un sujet de société et pas de l’auto-victi­mi­sa­tion pipo­li­sée”, avait expliqué la maman de Barnabé Nuytten et de Gabriel-Kane Day-Lewis.

Puis quelques temps après, Anne Parillaud avait aussi fait part de l’infidélité du musicien, au magazine Paris Match en 2011, un an après leur divorce :

“Pour la première fois de ma vie, le mariage n’était plus un concept mais un voeu, un sacre­ment dont les préceptes, entre autres, celui de la fidé­lité, pouvaient non seule­ment deve­nir une évidence mais aussi un désir. Je ne me suis mariée qu’une seule fois, pour m’aper­ce­voir en fina­lité que vrai­sem­bla­ble­ment tout était faux, que tout n’avait été qu’illu­sion.” Confiait l’actrice.

En 2016, Isabelle Adjani confiait à l’Express sa volonté de libération : »Disons que j’ai eu, à ce moment-là, et à d’autres d’ailleurs, la même sensa­tion qu’a­vec mon père: comme si on voulait me mater, me dres­ser et que ça conti­nue­rait tant que je ne céde­rais pas… Il m’a alors fallu recom­men­cer la révolte de la ‘fille’ avec toutes ces choses inabou­ties, irré­so­lues, encore en cica­tri­sa­tion. […] Je voulais […] me montrer la plus forte possible, quitte à être trans­gres­sive.