Kendji Girac nous surprendra toujours. En effet, le jeune homme nous emmène dans les coulisses de son quotidien. Cela devrait en surprendre plus d’un!
Kendji Girac, fier de ses origines

Pour toujours dans le cœur du public

Depuis qu’ils l’ont découvert à The Voice, les fans de Kendji Girac fredonnent ses tubes sans arrêt. Il faut dire que ses mélodies de guitare sont à la fois entraînantes et émouvantes. C’est pourquoi, dès qu’il se produit en concert, les lieux partent en quelques minutes. Heureusement, soucieux de leur bonheur, il n’hésite pas à partager son actualité sur les réseaux sociaux. Aussi, nous avons pu découvrir en exclusivité comment il a vécu l’enfermement entouré de sa famille.

Quand Emmanuel Macron annonce la terrible nouvelle, Kendji Girac est aux États-Unis. Il ne réfléchit pas une seconde. Il doit rentrer en France. Et plus précieusement en Dordogne. Proche de sa famille, le jeune homme a récemment montré qu’il avait besoin de peu pour être heureux. Cette façon de voir la vie en couleur, il la doit à ses parents. Complice à la fois de sa mère et de son père, il a pour eux une reconnaissance et une admiration sans limites.

Où trouve-t-il l’inspiration?

Au vu de son succès, on pourrait imaginer que Kendji Girac se sent grandir des ailes. Pourtant, il a toujours les pieds sur terre. Enfin, plutôt encré dans un lieu surprenant. Comme l’ont noté nos confrères du Parisien, malgré l’argent gagné, le chanteur d’Andoulouse n’a pas les goûts du luxe. En effet, il parvient à se contenter de peu pour être heureux. Pour la première fois, il ouvre officiellement les portes de son existence. Cela pourrait vous surprendre, mais peu importe. Le chanteur signe et persiste. Tout ce dont il a besoin, c’est … sa caravane. Face aux journalistes stupéfaits, il a déclaré: «Peu de gens s’imaginent que je vis encore comme ça, mais c’est mon équilibre»

Et pour rien au monde, Kendji Girac voudrait revenir sur sa décision. En plus, il a un petit rituel. Même si l’artiste possède une maison spacieuse, il préfère alterner entre les deux lieux de vie. De plus, la caravane est plus qu’une machine sur roues. Pour lui, c’est un “refuge où je me sens bien, et j’aime entendre le bruit de la pluie qui me berce”. En permanence en communion avec la Nature, il souhaite plus que tout que cette situation dure tant qu’il vit. Comme ses parents, nous sommes convaincus qu’il transmettra toutes ses valeurs humanistes à son futur enfant.