Une maman se bat pour que sa fille rentre à l’école. Hélas, cela ne semble pas possible pour cette année. C’est inadmissible !

Ce lundi 29 août, une candidate de Familles nombreuses : la vie en XXL a annoncé une triste nouvelle. Il s’agit de Louise Orgeval qui a poussé un coup de gueule sur la Toile. Si vous suivez l’émission, vous savez que sa fille Noée est atteinte de trisomie 21. La mauvaise nouvelle de la rentrée, c’est qu’elle ne peut toujours pas être scolarisée et accompagnée par un AESH…

Familles nombreuses : le combat d’une mère pour faire accepter le handicap de sa fille

Louise Orgeval est une maman touchante et courageuse du programme de TF1, Familles nombreuses : la vie en XXL. En début de semaine, elle a partagé avec ses abonnés une mauvaise nouvelle au sujet de Noée. Dans la légende, elle lui adresse un message fort. « Ne pleure pas mon petit chat. Un jour, le monde t’ouvrira les bras, mais aujourd’hui, il va falloir être forte », a-t-elle écrit avant de regretter les problèmes qu’elle a pour trouver un accompagnement pour son enfant. Elle se sent isolée et exclue de la société.

Des traitements de dossiers beaucoup trop longs

« On se bat contre des idiots et des incompétents. Les premiers sont les plus méchants, mais on apprend à vivre avec. Les seconds sont moins cinglants, mais leurs dégâts sont puissants », a raconté la maman de Familles nombreuses : la vie en XXL. Elle ajoute également que Noée « devait aller à l’école avec [d]es petits camarades de [s]on âge et avec une AESH (c’est comme ça qu’on appelle les personnes qui s’occupent des enfants comme [elle], avec des besoins spécifiques) ».

Hélas, rien ne s’est déroulé comme prévu. « On apprend qu’un petit fonctionnaire derrière son bureau n’appuie pas sur le bouton qui permettrait de transférer ton dossier de la MDPH de l’Oise à la MLPH des Landes et de pouvoir bénéficier d’une AESH. ». Louise Orgeval ajoute : « Alors non ma petite bichette, tu n’iras pas à l’école jeudi, ni même la semaine d’après, ni même le mois suivant, parce que la MDPH met parfois plus d’un an à traiter un dossier », explique-t-elle avec regret. Pourtant, son enfant a le « droit » d’être scolarisée, accompagnée et on lui a refusé ce droit.

Familles nombreuses : le handicap, encore trop mal géré en France ?

« Tu as besoin d’une personne qui s’occupe de toi… Une personne qui accompagnerait tes traits de crayons encore trop patauds, qui décoderait tes babillages et tes gestes imprécis, qui t’emmènerait aux toilettes régulièrement, qui t’aiderait à te déplacer et à nouer le contact avec des petits amis », poursuit la candidate de Familles nombreuses. Hélas, le dossier n’avance pas à cause d’un fonctionnaire qui n’appuie pas sur le bouton.

Malgré sa déception, Louise Orgeval ne va pas se laisser faire. « Nous allons devoir nous réorganiser pour pouvoir te garder à la maison. Nous allons devoir changer nos emplois du temps, et sûrement perdre pas mal d’argent (l’avantage et l’inconvénient d’être son propre patron) ».

En effet, la vie de la tribu va « va être bousculée » en raison de ce manque de prise en charge. « Et toi, ma petite chérie, tu vas devoir attendre encore longtemps que le monde soit vraiment prêt à te faire une petite place », déclare la maman de Familles nombreuses. Elle envoie un message à son interlocuteur, le « petit fonctionnaire bien assis derrière [s]on bureau à la MDPH de l’Oise ([au] service transfert) » : « Appuie sur ce p*tain de bouton, bordel ! »