La chanteuse américaine, de retour avec K-12, un film et un nouvel album, revient sur le devant de la scène après quatre ans d’absence.

Une absence remarquée, après une accusation de viol portée dans les médias par l’une de ses meilleures amies…

Son retour est sans doute l’un des plus ambitieux de l’année. Melanie Martinez, disparue de la scène musicale pendant quatre ans, revient dans les bacs avec la parution de K-12, un film musical dans lequel la jeune femme interprète 13 titres, intégralement réalisés par ses soins. Un retour plébiscité par les critiques et les fans outre-Atlantique, nombreux à se procurer ce second disque de la chanteuse, dès sa première semaine d’exploitation.

Tandis que Melanie Martinez s’apprête à commencer une grande tournée -elle sera d’ailleurs en représentation à l’Olympia le 13 février prochain-, la jeune femme continue à dévoiler ses titres en présentant dernièrement le clip de The Principal, qui fait office de troisième piste survoltée de son opus.

Melanie Martinez règle ses comptes avec son nouvel album
L’artiste, révélée par l’émission The Voice US, a rapidement connu le succès en produisant un premier EP intitulé Dollhouse, avant de signer avec une major en 2015, sortant alors son tout premier disque, Cry Baby. Les morceaux, véritablement avant-gardistes, ont alors contribué à construire son identité visuelle bien léchée. Pour faire simple, la jeune chanteuse a en quelque sorte ouvert la voie à d’autres artistes tels que Billie Eilish, qui connaît également un franc succès.

Avec K-12, Melanie Martinez porte un message percutant en dénonçant le pouvoir que s’octroient certains dirigeants, au détriment du bien-être de minorités. “Ce n’est pas que moi, tout le monde pense que tu es horrible / Quand tu viens et que tu nous fais du mal juste pour avoir ton argent / Forcés de suivre le leader qui est possédé par des démons” clame-t-elle ainsi en référence au comportement du président des Etats-Unis Donald Trump.

Les images du film musical accompagnant ses titres expriment également ce ras-le-bol d’une minorité dictatrice, en plongeant le téléspectateur dans un univers scolaire où les adultes n’écoutent pas les élèves. Melanie Martinez règle alors directement ses comptes avec le principal de l’établissement scolaire, via un téléphone magique. L’heure de la vengeance a sonné, la jeune femme décide alors d’empoisonner le principal… Un univers pop acidulé, qui ne manquera pas de ravir les fans de la chanteuse.

Dans cet album, Melanie Martinez n’a donc visiblement pas souhaité revenir sur les accusations de viol dont elle avait fait l’objet, en 2017.

Melanie Martinez, accusée de viol par une amie

Dans la vague du scandale Weinstein, une amie de la chanteuse Melanie Martinez avait elle aussi souhaité faire entendre sa voix. Alors que de nombreuses femmes avaient pris la parole pour dénoncer les agressions sexuelles subies, Timothy Heller avait décidé de raconter son histoire. Dans un long message publié sur Twitter, la jeune femme avait alors accusé la chanteuse Melanie Martinez de viol.

Après avoir dans un premier temps décidé de ne pas parler à ce sujet en essayant de se convaincre que « ce n’était rien », Timothy semblait donc vouloir briser le silence. « Accepter que ma meilleure amie m’a violée me paraissait dément. C’est dur de se dire que quelqu’un que vous avez aimé vous a violée. Quelqu’un que vous aimez toujours. L’écrire et savoir que le monde va le voir me terrifie. En particulier à cause de l’identité de cette personne. C’était ma meilleure amie. Elle m’a acceptée, je lui en étais reconnaissante. J’avais l’impression que je lui devais ma vie. Et ma vie tournait autour de la sienne », racontait la victime présumée, avant de préciser :

« Elle s’est soudainement intéressée à mes préférences sexuelles. En tant que personne qui a déjà subi des abus sexuels, le sexe n’est pas un sujet facile à aborder pour moi (…) Elle a commencé à me demander si je voulais coucher avec elle. Ça m’a gênée et j’ai essayé d’en rire. J’avais un petit copain à cette époque et elle le savait ».

Melanie Martinez aurait donc fait fumer de la weed à son amie afin de profiter d’elle, comme cette dernière le raconte : « Je lui ai dit « non » de toutes les manières possibles» (…) Quand je me suis couchée en espérant m’endormir, elle a commencé à toucher mon bras. Je l’ai laissée faire, je me disais qu’elle allait arrêter».

«J’étais si épuisée et confuse, droguée et je me sentais si petite par rapport à elle que j’ai laissé faire. Elle m’a touchée partout. Je n’ai jamais dit « oui », j’ai répété plusieurs fois « non ». Mais elle a utilisé le pouvoir qu’elle avait sur moi et m’a brisée ». Timothy Heller relate qu’elle était tétanisée tandis que son amie lui faisait subir une relation sexuelle orale tout en la pénétrant avec un sex-toy.

Les deux jeunes femmes n’auraient ensuite jamais reparlé de cette nuit et la chanteuse aurait mis fin à leur amitié , quelques jours après. « Les filles peuvent violer des filles. Les meilleures amies peuvent violer leurs meilleures amies. L’amitié ne veut pas dire consentement. Le Silence ne veut pas dire consentement », concluait alors Timothy Heller, à la fin de son message.

Des accusations auxquelles avait répondu la chanteuse, en déclarant sur Twitter : « Nous avons été des amies proches pendant quelque temps. Nous nous sommes connues alors que nous commencions toutes les deux une carrière d’artistes et nous nous sommes soutenues mutuellement », assurant que son amie était bel et bien consentante.

Des accusations d’agression sexuelle qui ne semblent donc pas avoir porté atteinte d’une quelconque manière à la carrière musicale de la jeune chanteuse.

Depuis quelques mois avec l’affaire du sulfureux producteur de musique, les accusations de ce genre sont beaucoup plus présentes, car les femmes osent briser la glace. Il n’est donc pas surprenant que des affaires de ce genre soient sur le devant de la scène. Mélanie a toutefois opté pour un album très personnel afin de s’exprimer sur ce sujet.