Il était temps ! Ce lundi 3 mai s’ouvre le procès de l’ancien militaire français. Jugé pour le terrible meurtre d’Arthur Noyer, les faits remontent à avril 2017. nous est là pour vous raconter tout ce qui s’est dit pendant l’audience ! Ça promet !

Depuis le temps que les victimes attendaient ça ! Nordahl Lelandais va enfin répondre aux questions qui restent en suspens sur l’assassinat d’Arthur Noyer. Lorsque sa propre mère passe aux aveux, nous est sous le choc de ses confessions. On vous dévoile tout dans les moindres détails.

Nordahl Lelandais, un passé terrifiant

À 38 ans, Nordahl Lelandais a déjà un parcours des plus effroyables. En effet, il est impliqué dans des dizaines d’affaires d’agressions s*x*elles, disparitions, meurtres. Un bien triste tableau qui fait froid dans le dos.

Tout le monde a bien évidemment entendu parler du drame de Maelys. Effectivement, il l’aurait violé puis tué lors d’un mariage. C’est d’ailleurs à partir de ce moment que tout a commencé. Suite au décès de la petite fille, les forces de l’ordre se sont penchées sur Nordahl Lelandais. Ainsi, en examinant plus en détail sa vie, elles ont réussi à le lier à énormément de disparitions non résolues dans la région. L’idée fait son chemin dans l’esprit des enquêteurs. Et s’il s’agissait d’un tueur en série ? Pourtant, à la base, rien ne le prédestinait à emprunter la route du cr*me !

Une rencontre qui vire au cauchemar

Pendant une semaine, les juges examinent l’affaire d’Arthur Noyer. Le procès se déroule devant la cour d’assises de la Savoie. Objeko vous rappelle le sombre contexte. Dans la nuit du 11 au 12 avril 2017, le jeune caporal de 23 ans disparaît près d’une discothèque à Chambéry. Dans un premier temps, Nordahl Lelandais réfute tout lien avec le défunt. Or, les deux hommes sont localisés par leurs smartphones qui bornent au même endroit. Le doute n’est plus possible.

Après avoir nié, Nordahl Lelandais prétexte une “bagarre” qui aurait entraîné une chute fatale. Il se justifie en annonçant qu’il n’avait aucune intention de tuer le jeune homme. De fait, il se présente comme une personne sans histoires. Petit garçon sage, il traverse la puberté sans crises. Puis, il intègre l’armée entant que maître-chien et ne se fait pas remarquer plus que cela. Cependant, l’ancien militaire avoue à demi-mot des périodes sombres. Dépressif, ses ex-conjointes affirment même qu’il a un caractère possessif et agressif.

Ce témoignage qui remet tout en question

Sa mère est auditionnée pour décrire son comportement. Du reste, elle est sans doute la mieux placée pour parler de lui. Déjà en 2018, elle avait tenté de le défendre chez RTL : “Si j’avais vu quelque chose, vous pensez bien que j’aurais tout fait pour stopper. Je n’ai jamais senti un mal-être de Nordahl. Vous savez, vous portez un enfant pendant neuf mois, c’est votre chair, c’est tout. Vous lui faites faire des études et vous l’emmenez jusqu’à sa majorité. Il part à l’armée, revient, c’est un adulte. Il fait sa vie.” Est-ce que cette dernière se voilait la face à l’époque ? Plus les accusations se cumulent, plus elle réalise l’horreur qui est en train de se dessiner sous ses yeux.

Elle finit par se lâcher complètement

“Je ne le reconnais pas” Abasourdie, elle n’arrive pas à croire les terribles faits qui lui sont reprochés. “Je n’ai pas vu un changement de mon fils. Moi, je me pose mille questions. Et j’ai zéro réponse. C’est dur. Ce n’est pas possible, je me dis. J’ai parlé à Nordahl. Je lui ai dit : Mais Nordahl… Il m’a répondu : Je sais pas, je sais pas… Je ne le reconnais pas. Ce n’est plus le Nordahl que j’ai connu. Ce n’est plus le même. J’ai mis un enfant au monde pour qu’il soit comme tout le monde. Pas pour qu’il devienne un meurtrier ou quelque chose comme ça. Non, non !”

Alors, le suspect Nordahl Lelandais va-t-il nous en apprendre davantage ? En effet, l’ancien militaire va-t-il enfin reconnaître ses actes ? La fin du procès est prévue pour le 12 mai. Cela laisse encore plusieurs jours à la cour pour démêler le vrai du faux. Pour le moment, il continue d’affirmer qu’il s’agit d’un homicide involontaire. Il risque trente ans de prison. nous souhaite bon courage aux parties civiles comme à la défense. À l’instar du cas Christian Quesada qui avait fait polémique, espérons que la décision soit à la hauteur ! Promis, on suit l’affaire de près !

0/5 (0 Reviews)