Après 153 participations, Paul a été éliminé des 12 coups de midi.

Mais le jeune homme est tout de même reparti à l’époque avec la modique somme de 691 522 euros.

De quoi se faire plaisir. Interrogé, il se confie enfin sur ce qu’il a fait de cette importante cagnotte.

Autiste Asperger, Paul, devenu le petit choucou du public, a accompli un véritable marathon en participant à l’émission de TF1.

C’est en novembre 2018, que le jeune homme décide de passer le casting des 12 coups de midi afin de pouvoir rejoindre l’aventure, qui changera sa vie quelques mois plus tard.

Le candidat de 21 ans a accompli un effort surhumain en étant présent chaque jour sur le plateau de télévision.

Lumières fortes, bruits, musiques, public, micro… un ensemble de petits détails, qui pour lui a été un véritable challenge au quotidien. Pourtant, Paul a tenu durant près de six mois à la tête du jeu de Jean-Luc Reichmann.

C’est donc après 152 victoires, et surtout une évolution sur lui-même qu’il a quitté le jeu… avec une cagnotte très significative ! Plus confiant et plus ouvert qu’à son arrivée sur le plateau, Paul est reparti du jeu de TF1 avec exactement 691 522 euros. De quoi démarrer la vie du bon pied. Mais qu’a-t-il pu bien faire de cette gigantesque cagnotte ?

Malgré son jeune âge, Paul savait déjà ce qu’il allait faire de ces euros.
Et c’est lors d’une interview à Télé Star ce lundi 31 août qu’il a confié ses projets. En toute précision, il révèle donc avoir « placé les 471 850 euros pour plus tard ».

En effet, Paul avait déjà révélé vouloir quitter le domicile familial, et pouvoir rapidement voler de ses propres ailes avec un projet qui lui tient à cœur, révélé par son papa, « L’idée c’est une petite librairie pour lui. Le truc qu’il aime, c’est les bouquins depuis qu’il est petit. Son rêve, je crois qu’il va le réaliser avec son gain et qu’il va acheter sa petite librairie ».

Pour le reste de l’argent et des vitrines, Paul a souhaité revendre les choses inutiles afin de pouvoir voyager dès que la pandémie mondiale sera terminée, « On en a revendu la plupart, à commencer par les voitures : je n’ai toujours pas mon permis. Mais j’en ai gardé quelques-uns… ».

Quoi qu’il fasse, le jeune homme semble désormais à l’abri financièrement. Et nul doute que ses proches sauront le conseiller pour l’avenir.