Les jours se suivent et Pierre-Jean Chalençon est toujours dans l’actualité. Seulement, cette fois, il ne s’agit pas de diners clandestins avec des célébrités. Nos confrères viennent de mettre au jour un nouvelle affaire financière ! nous fait le point !

Pierre-Jean Chalençon se souviendra de 2021. On découvre que ses relations avec les impôts ne sont pas au beau fixe. On vous dit tout !

Le tsunami Pierre-Jean Chalençon

Le moral Pierre-Jean Chalençon ressemble à des montagnes russes. En effet, moins d’un an après son départ (forcé) d’Affaire conclue, ses diners clandestins font polémique. Depuis la diffusion du reportage de M6, toutes les chaines d’information en continu en parlent. Vu qu’il accepte de répondre aux questions de ces dernières, il va le faire à sa façon. C’est-à-dire en donnant une version différente à chaque fois. On a le vertige quand on en les visionne maintenant ! D’ailleurs, avec son chef Christophe Leroy, c’est maintenant la guerre. Finalement, placé en garde à vue, il finit par reconnaitre les faits qui lui sont reprochés. Ouf ! Le moins qu’nous puisse dire, c’est qu’il a une personnalité difficile à cerner. Et ce n’est pas ce dernier épisode qui risque de redorer son blason aux yeux du public, bien au contraire…

Son havre de paix menacé

Sur les réseaux sociaux, Pierre-Jean Chalençon est tout sauf discret. Il chante, il danse et s’amuse à se prendre en photo avec plein de célébrités. Du reste, soit on l’aime, soit on le déteste. Quoiqu’il en soit, il estime qu’à son âge, il lui est impossible de changer ni même de se remettre en question. Pour le résumer, l’un de ses proches nous explique qu’il n’a aucune limite. Pour cette autre connaissance, il s’amuse en pensant qu’il “va finir par entrer dans le palmarès des hommes les plus connus de France.” Mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?

Interrogé au sujet de son Palais Vivienne, Pierre-Jean Chalençon ne mâche pas ses mots. Situé en plein cœur de la capitale, son havre de paix prestigieux n’est vraiment pas comme les autres. Du reste, il fait tout pour le mettre en valeur. À long terme, il espère secrètement qu’il deviendra un monument cité dans les guides touristiques. En public, pour susciter la curiosité, l’homme dira même qu’il s’agit du “palais le plus connu après celui de l’Élysée“.

Cette enquête qui fait froid dans le dos !

Or, nos collègues de Libération vont mettre au jour un nouveau scandale qui concerne Pierre-Jean Chalençon. À l’intérieur du portrait/reportage qui lui est consacré, les journalistes découvrent que son superbe palais est dans le collimateur de la justice. En fait, plus précisément celui des impôts. En effet, les autorités financières “l’ont fait saisir le 23 septembre 2019, « de manière conservatoire » (c’est-à-dire pour sécuriser le paiement d’un éventuel redressement) des meubles et objets pour la somme de 1,35 million d’euros.” nous tombe de sa chaise. Décidément, derrière son sourire et sa joyeuse attitude de façade, l’homme cache de terribles secrets.

Alors qu’il venait de commencer à se rendre sur le plateau d’Affaire conclue, l’homme semble avoir totalement oublié de déclarer ses revenus. Nos confrères ont réussi à se procurer puis à comparer les deux extraits de compte de l’ami de Charles Trenet et le résultat ne laisse pas de place au doute. Certes, il reconnait s’être “endetté pour vingt ans depuis l’acquisition de son palais” semble avoir une phobie des chiffres et de la paperasse administratives. Mais est-elle feinte ou avérée ? Dans la conclusion du rapport de Fisc, on lit cette conclusion édifiante “Les multiples opérations de ventes d’objets d’art par M. Pierre-Jean Chalençon laissent présumer une activité occulte de marchand d’art et d’antiquités, activité non déclarée et dès lors non soumise aux impôts commerciaux et à la TVA”

Comment va-t-il réagir à ces nouvelles révélations ? Va-t-il mentir ou bien baisser la garde ? Quoiqu’il en soit, il devra forcément répondre de ses actes. Alors qu’il disait être en pleine préparation de festivités sur le bicentenaire de Napoléon (le 5 mai 2021), il devra auparavant s’affranchir de ses dettes. En somme, pour Pierre-Jean Chalençon, la coupe est pleine, et elle déborde de partout. Il doit absolument régler l’ardoise de son propre passé avant de penser à autre chose !

0/5 (0 Reviews)