Roselyne Bachelot est de retour de sa convalescence. Elle s’exprime pour la première fois au micro de Jean-Jacques Bourdin sur la maladie qui l’a frappée.

Roselyne Bachelot a été affectée par la Covid-19. Hospitalisée et dans un état grave, elle a bien cru que son heure était venue. Au micro de Jean-Jacques Bourdin pour BFMTV, elle revient sur cette terrible épreuve. La ministre de la Culture est enfin de retour et se félicite d’être vivante. Preuve que cette pandémie est aussi terrible qu’il y parait, avec son lot de plusieurs centaines de morts quotidiennes en France. Mais pour autant, elle est déplus en plus décidée à faire ouvrir les lieux de culture car l’avenir de centaines de milliers de personnes en dépend. Roselyne Bachelot limite au maximum la langue de bois et donne des nouvelles sur tous les fronts. nous vous résume tout cela dans la suite de cet article.

Roselyne Bachelot évoque la réouverture des lieux culturels avec un peu plus de précisions

La ministre de la Culture est sortie de l’hôpital. Mais elle a bien failli ne pas se relever de la Covid-19. Cette maladie est terrible et elle l’a mise à terre. Encore aujourd’hui, plus d’un mois après son hospitalisation, elle avoue que c’est parfois difficile. Mais sa fonction est trop importante pour qu’elle oublie tout et ne se concentre que sur son état de santé. Alors, au micro de Jean-Jacques Bourdin, elle donne des précisions importantes pour la suite. Car d’ici la moitié du mois de mai, le Président de la République espère que tout sera en place pour que les Français reprennent une vie la plus normale possible.

Sans faire abstraction de la crise sanitaire bien entendu. Il faudra alors toujours respecter les gestes barrière et établir un système de jauge de capacité maximal des lieux culturels. Autrement, les clusters vont se multiplier à vitesse grand V. Et il s’en suivra de nouveau des fermetures et des confinement si la pandémie est hors de contrôle. En effet,nous vous le confirme, nous ne sommes pas encore sorti d’affaire.

Roselyne Bachelot tente d’être le plus précise possible mais elle tâtonne parfois car tout n’est pas écrit dans le marbre. En effet, les mesures prises par les membres du gouvernement sont soumises aux fluctuations de la pandémie. Aussi, ils doivent être vigilants à ce paramètre supplémentaire qui n’est pas des moindres. Il en va de la vie de la population, de sa santé. Et justement, Roselyne Bachelot en sait quelque chose, elle a vu la mort de très près.

Une crise sanitaire qu’il ne faut pas prendre à la légère

Ce 20 mars dernier, Roselyne Bachelot annonçait avoir été testée positive. Elle a souhaité en faire part aux Français malgré le secret médical. Car ses fonctions risquaient d’être impactées par son état de santé. Testée positive, elle restait optimiste mais témoignait déjà de problèmes respiratoires/

Ensuite, soit seulement 5 jours plus tard, elle se retrouvait hospitalisée. Les soignants l’ont mise sous oxygène et elle ne donnait plus de nouvelles de son état de santé. Il aura fallu attendre le 8 avril dernier pour la retrouver sur ce terrain là. Autant dire qu’elle avait bien du mal à voir le bout du tunnel.

Une fois de retour, elle peut se féliciter d’être sortie d’affaire. Mais la bataille contre la maladie n’est pas gagnée. Aussi, quand elle prend la parole au sujet de sa peur de la mort, elle explique tenter de l’apprivoiser tous les soirs. nous admet que cela fait froid dans le dos. En s’endormant, elle se demande si elle sera capable de se réveiller. Décidément, Roselyne Bachelot a clairement été traumatisée par son expérience. Aussi, elle souhaite tout son courage aux Français qui la traversent et à leurs proches.

0/5 (0 Reviews)