Depuis sa sortie du comité Miss France en 2010, Sylvie Tellier ne s’est pas rabibochée avec Geneviève de Fontenay. Entre les deux, la tension était palpable ! Aujourd’hui, l’émossion semble toujours au rendez-vous. Découvrez ce que l’ex-reine de beauté vient de lâcher sur la dame au chapeau.

Sylvie Tellier n’a pas enterré la hache de guerre. Loin de là ! L’ex-miss a claqué la porte du comité Miss France en 2010. Depuis, les coups bas s’enchaînent entre Geneviève de Fontenay et Sylvie Tellier. L’ex-miss France adresse aujourd’hui à Geneviève de Fontenay une lettre chargée d’émotions, au vu et au su de tous…

Cette année 2020 a au moins une bonne raison de réjouir Sylvie Tellier : il s’agit du centenaire des concours de beauté en France. Pour l’occasion, la belle quadragénaire publie un livre qui revient sur ce siècle de compétitions Miss France 1920-2020. Sylvie Tellier veut ainsi représenter une « institution qui a su traverser les décennies et s’adapter aux évolutions de la société ».

Depuis les concours beauté des années 1920 jusqu’à Louis et Geneviève de Fontenay

Dans cet ouvrage, la maman d’Oscar, Margaux et Roméo retrace les événements des élections de beauté. Elle dit avoir essayé d’être le plus exhaustive possible : « J’avais envie de raconter la naissance des concours de beauté – le premier, en 1920, s’intitulait La plus belle femme de France -, l’arrivée de Louis de Fontenay, puis celle de Geneviève, la famille des Miss, les coulisses, mais aussi les évolutions de l’élection dans un beau livre, avec de belles photos ». Les témoignages des Miss France figurent également dans ce livre.

« Aujourd’hui, elle refuse même de célébrer le centenaire » !

A l’occasion de cette sortie en librairie, Sylvie Tellier a fait quelques confidences au micro de TV Mag. Elle aurait ainsi “adoré” collaboré avec Geneviève de Fontenay. Dès qu’elle a commencé à écrire ce livre, elle voulait que Geneviève de Fontenay participe au projet. « On ne peut pas évoquer Miss France sans parler d’elle ». Elle précise ensuite aux journalistes : « Elle avait d’abord accepté, avant de se raviser. Aujourd’hui, elle refuse même de célébrer le centenaire parce que les premières élections ne portaient pas le nom de Miss France ! L’important, pour moi, c’est la genèse de l’histoire : qui était la première Miss et comment elle a été élue, peu importe le nom du concours… ».

Sylvie Tellier met cependant de l’eau dans son vin pour ne pas froisser la dame au chapeau : « J’aurais aimé écrire cette histoire avec vous pour que vous puissiez nourrir ce livre de vos nombreuses anecdotes, mais je comprends aussi votre réticence à vous remémorer le passé et je respecte votre pudeur ».

Elle termine même la préface de son livre par de chaleureux remerciements. « Au nom de toutes les Miss France, je souhaite vous dire merci. Merci d’avoir porté ces valeurs aussi haut et de me les avoir enseignées. Merci de vous être battue pour faire imposer ce concours, merci d’avoir changé nos vies… ». La tension entre les deux s’est-elle dissipée ou s’agit-il juste d’une politesse de circonstance ?