Sylvie Tellier est toujours très en colère des réactions d’une partie des internautes quant à l’élection de Miss France. Elle n’a pas peur des mots !

Sylvie Tellier revenait sur la polémique qui a secoué l’élection de Miss France 2021. La cérémonie se tenait en décembre dernier et il s’agissait du centenaire du concours. De quoi cristalliser pas mal de polémiques en effet. Mais s’en est une nouvelle qui s’est invitée dans la soirée. En effet, un déferlement de haine s’est abattu sur la première dauphine, April Benayoum. La candidate avait évoqué ses origines israélienne et des internautes ont utilisé ses propos pour la calomnier, l’humilier et l’insulter sur la Toile. Les propos antisémites sont condamnés par la justice. Aussi, tous les internautes qui se sont montrés violents envers elle sur ce sujet risquent gros. Sylvie Tellier est toujours très en colère par rapport au comportements de certains internautes.

Sylvie Tellier revient sur un scandale qui va coller à la peau du concours Miss France

Directrice générale de la société Miss France et de Miss Europe Organisation, Sylvie Tellier n’a pas peur de parler vrai. Elle était élue Miss France en 2002 et connaît donc parfaitement bien le concours qui fêtait son centenaire. Et jamais elle n’avait eu à faire face en tant qu’officielle à ce déferlement de haine envers une candidate. En effet, vous n’avez pas du passer à côté de cette polémique. Si les Miss sont souvent sujettes aux critiques, jamais cela n’a pris une telle ampleur. Le gouvernement a même réagit aux attaques que recevait Miss Provence pendant la soirée.

Sylvie Tellier avait donc très tôt fait part de son indignation quant à cette polémique. Mais l’occasion ne manque pas pour la renouveler. En effet, encore aujourd’hui, elle est questionnée sur ce sujet dans divers interviews. De même, Miss France 2021, Amandine Petit, a elle aussi tenu à faire part de son soutien à sa première dauphine. Et lors de ses premiers interviews de presse, elle revenait sur ce sujet pour faire savoir que de tels propos étaient inadmissibles.

Ce fut une année particulièrement difficile pour Sylvie Tellier. Au delà de cette polémique qui prenait place le soir de la cérémonie de l’élection de Miss France, il est possible de dire qu’elle a eu les épaules solides. En effet, la pandémie n’a par ailleurs par rendu son travail évident. la logistique monstrueuse déjà en place autour du concours a dû se complexifier comme jamais pour permettre son maintien. Et les enjeux humains et économiques étaient particulièrement importants. Miss France ce sont des dizaines de millions de téléspectateurs devant leurs écrans. Des centaines de techniciens et des dizaines de personnalités engagées dans le processus. Cela va sans dire que c’est donc une production faramineuse qui tire les ficelles.

Une condamnation réitérée, un principe qui ne bougera pas

Parmi les divers interview auxquels la directrice de la société Miss France prend part, il faudra compter sur celui qui se tenait en mars dernier. Trois mois après les faits, la colère de la directrice est intact. Elle reste persuadée que ce sont les réactions indignées qui feront cesser ce phénomène déplorable. Ainsi, Sylvie Tellier répondait aux questions d’Evelyne Thomas sur Non Stop People et réaffirmait sa colère. Pire encore, elle se disait peinée et avoir “honte d’une partie de la France”.

“Il faut afficher, dire les choses. Ce qui est anormal, ce sont les réactions. Ça m’a peinée et surtout, j’ai eu honte d’une partie de la France parce que je me dis : ‘On est en 2020. Après tout ce que l’on vient de subir ou justement on doit s’entraider’. De voir ce genre de commentaires sur les réseaux sociaux…. Ce n’est pas l’avis de la société. Les réseaux sociaux donnent la parole à une minorité qui prend énormément de poids. Pendant tout le concours ‘Miss France’, jamais aucun propos envers April Benayoum n’a été tenu comme ça”, détaillait-elle.

Car au cœur de sa communication, la directrice de la société Miss France doit faire en sorte que le public n’associe évidement pas ces propos antisémites au comité lui-même. Il était donc important pour elle de rappeler que le dérapage vient de quelques personnes isolées. Et que leurs propos prennent de l’ampleur à cause de leur gravité et du fait qu’ils osent, derrière leurs écrans, s’exprimer ainsi. Pas de doutes, ce n’est pas la dernière fois que cette affaire fera couler de l’encre. Pire encore, cela ne risque pas non plus d’être la dernière fois que le concours Miss France sera au cœur des polémiques.

0/5 (0 Reviews)