Valérie Damidot, a utilisé son compte Twitter pour faire part de sa grande colère envers les chasseurs. Elle ne comprend pas pourquoi ils veulent classer les chats comme espèce nuisible. Explications.

Le coup de gueule de Valérie Damidot

Valérie Damidot n’a pas sa langue dans sa poche et elle le prouve encore ce mercredi 7 octobre. Sur Twitter, la présentatrice de TF1 est montée au créneau pour une raison tout à fait compréhensible. En effet, elle a décidé de sortir de son silence. Le motif ? Une partie de chasseurs veulent classer les chats comme espèce nuisible.

Sur un message partagé par un internaute qui disait : “Donc, là, les chasseurs aimeraient faire passer un amendement pour classer les chats en espèce nuisible et obtenir ainsi l’autorisation, des préfets, d’organiser des battues le cas échéant ? J’ai bien compris le projet ?“, la jeune femme a simplement écrit : “Bande de tarés”. Un message très court mais qui veut dire beaucoup. Les internautes approuvent le coup de gueule de Valérie Damidot puisqu’on pouvait lire des commentaires comme : “Nan mais vont pas bien eux !!! Je vais demandé une battue pour rassembler tous les cons !!! Ils devraient être facilement reconnaissables ! Ils ont un fusil“.

Valérie revient sur son passé de femme battue

Dans l’émission web Le Jarry Show de l’humoriste Jarry, Valérie Damidot revient sur son passé de femme battue. En effet, la présentatrice de l’émission “Les plus belles vacances“, affirme avoir passé quelques temps avec un homme violent : “Que ce soit les pervers narcissiques, les mecs toxiques etc. Ils n’ont pas envie de soumettre quelqu’un qui est déjà soumis, ça n’a aucun intérêt, il n’y a pas d’excitation. Ce sont des fruits secs et ils se gorgent de l’énergie des autres. […] Défoncer quelqu’un qui a une personnalité etc. et le réduire à néant, c’est vachement plus excitant pour ce genre de personnage” explique-t-elle notamment.

Heureusement pour Valérie Damidot, la jeune femme a avoué avoir su rapidement se défaire des griffes de son ancien bourreau, même si elle a minimisé les premiers coups : “Au début, tu te dis : “C’est vrai qu’il m’aime, c’était juste une petite crise de jalousie“. T’es un peu c**, t’es un peu bête, et puis tu te dis que ça peut arriver et que peut-être tu as fait un truc. Tu culpabilises… Et puis finalement, au bout d’un moment, tu fais : “Bon, allez”. Et puis tu te casses” a-t-elle notamment expliqué avant d’aller plus loin encore en précisant qu’elle est devenue une mère poule : e pense que quand tu as été un peu agressé, malmené, t’es beaucoup plus vigilant. Tu vois beaucoup plus facilement le truc derrière le truc. […] Il y a des détails… Je sens que le gars n’est pas net”.